Hausses des carburants… Ouvrez les yeux…

Le Conseil National des Professions de l’Automobile lance une campagne d’affichage dans les stations-service pour alerter les pouvoirs publics sur la hausse des prix des carburants à la pompe.

La récente augmentation des prix du carburant et les congés sont la meilleure occasion pour le CNPA de tirer la sonnette d’alarme auprès des pouvoirs publics sur l’impact des hausses sur le budget des ménages et la compétitivité des entreprises.

Peut-on parler de frénésie fiscale, spécialement si vous utilisez un véhicule à moteur diesel ?

Au départ des intentions louables, il s’agit d’accélérer la convergence du prix du gazole et celui du super sans-plomb comme souhaité par les écologistes.

Mais une bonne surprise n’arrivant jamais seule le gouvernement n’a pu résister à augmenter à bon compte ses rentrées d’argent. Le super a également augmenté réduisant de fait l’effet de rattrapage. La TICPE augmente donc sur tous les carburants, alors qu’elles représentent déjà une part très importante du prix des ceux-ci.

Matraquage fiscal ou arnaque écologique ?

On sait depuis des décennies que les automobilistes sont des vaches à lait, ce n’est pas ce qui suit qui va démontrer le contraire.

 « France-Inflation » nous montre dans un tableau exhaustif la hausse des carburants depuis les dernières élections et sa projection jusqu’en 2022… Ça pique !

Tout d’abord, comme le souligne « Témoignage fiscal » :

La justification écologique n’est pas démontrée !

L’essentiel de la pollution est due au chauffage domestique pas aux voitures. Par ailleurs on n’évoque ni les carburants des avions ou des engins agricoles, ni les poids lourds, ni les navires en tous genres qui brûlent des dizaines de milliers de litres qui sont au mieux apparentés au diesel, au pire à du fuel lourd extrêmement polluant apparenté à des déchets.

Qui va donc payer pour les plus gros pollueurs ?

La vache à lait. CQFD !

Les moteurs diesels récents ne polluent pas plus que les moteurs à essence… Mais si le moteur diesel persistait et si les prix du carburant diesel restaient moins chers que l’essence… Et oui vous avez compris ! Cela ferait beaucoup moins de recettes fiscales.

Carburant VS électricité ?

Mais alors que faire, sachant que les moteurs électriques ne sont pas in fine moins polluants, car tout aussi consommateurs de matières premières qu’il faut bien aller déterrées ?

Toute la question est là ! Comment les générations à venir, à qui nous allons déjà laisser la dette nationale à payer, vont-elles régler le problème ?

Allez je vais chercher le pain en vélo !

3 commentaires sur Hausses des carburants… Ouvrez les yeux…

  1. « L’essentiel de la pollution est dû au chauffage domestique pas aux voitures. »

    De mémoire, ça fait 14%, donc pas des masses par rapport au reste (et parler du reste reporterait très logiquement la taxation sur l’industrie, et ça, elle n’aime pas du tout et a les moyens de se faire entendre.)

    « apparenté à des déchets. »

    Ben en fait, l’essence aussi, puisqu’une fois le plomb tétraéthyle déclaré hors la loi (et donc une production locale de tutures qui tombait en capilotade, bien relancée), on l’a pudiquement remplacé par des choses comme le benzène, carcinogène avéré, ce qui fait que oui, vivre toute sa vie en ville et inhaler plusieurs fois par jour les bonnes vapeurs des voitures à essence peut vous conduire à la tombe, un peu plus intelligent qu’avant, certes, mais mort quand même – m’étonnerait même pas qu’on y ait aussi mis du fluor, cette daube qui double le pourcentage des caries (étude comparative US entre villes à l’eau potable fluorée et non-fluorée parue fin 2015 et sublimement ignorée par dentistes, fabricants de dentifrice et certificateur) et rend les os cassants et l’émail des dents rose à la moindre surdose, parce que tout comme le benzène, c’est un déchet toxique difficile à recaser dans les pays du tiers monde, car à force d’enregistrer des morts suspectes à la pelle après une « livraison », ils ont fini par tous comprendre et nous dire d’aller nous faire foutre.

    Donc, c’est double bingo ! Le premier par le racket d’une taxation qui est maintenant proche des 300%, et le second, pour les firmes pharmaceutiques, parce qu’à terme et comme la mode est à la mégapole, il ne pourra y avoir que plus de « malades » (lisez: tirelires.)

    Résultats sans surprises des courses : on peut prédire sans être un grand voyant que les français n’ont encore rien vu en matières de conflits d’intérêts, commissions et prises de participations occultes ainsi que scandales sanitaires.

    Ahhh quel beau pays que la france, viendez, viendez !

  2. Fin février 2016, le litre de gas-oil était 0,98€, aujourd’hui dans l’ouest du 62 il est à 1,412€/l. Cette hausse ne s’explique pas seulement par la hausse du prix du baril … (source prix-carburants.fr)

  3. A travers cette arbitraire hausse du carburant qui rapportera beaucoup d’argent (pas seulement à l’état…) ce pouvoir politique montre, une fois de plus, son insensibilité à la déjà difficile vie des petites gens, surtout ceux vivant en milieu rural et qui ont besoin de faire des dizaines de kms pour aller travailler.
    A cela s’ajoute l’argent public (notre argent) consacré au développement de la voiture électrique accompagné du matraquage publicitaire des médias audiovisuels qui s’en suit. Nous pourrions même à ce niveau parler de véritable lavage de cerveau car (y compris parmi les « gilets jaunes ») nombreux sont ceux qui s’imaginent que la voiture électrique est absolument « propre ». Tout cela pour servir la part belle aux déjà très aisés industriels de l’automobile, réels pollueurs (allant jusqu’à fausser les tests antipollution) mais aussi financeurs des campagnes, partis, voire vacances de ces messieurs dames les politiques.

    Ainsi on laisse croire que la voiture électrique serait LA solution alors que (selon une étude de l’ADEME) elle génère au moins autant de CO² que la voiture thermique et (lors de sa conception) 3 à 4 fois plus d’émissions de GES ; et ce avant même d’avoir parcouru son 1er km. Exit la délocalisation (en Mongolie et en Chine) de la pollution irréversible que génère la fabrication de cette voiture ; pollution due aux procédés d’extraction des « terres rares » et de raffinage (avec des produits chimiques extrêmement toxiques) des minerais entrant dans la composition des batteries.
    Notre « écolo » future dépendance à ces pays (qui n’hésitent pas à sacrifier leur santé et leur environnement pour s’enrichir) a-t-elle été prise en considération ?…
    Pour de plus amples et vraies informations sur ce sujet, visualisez l’excellent documentaire du journaliste investigateur Guillaume Pitron à l’adresse suivante : https://www.youtube.com/watch?v=bY9zESWWbjI

    Cette hausse par taxation du carburant avait tout d’abord été présentée par nos gouvernants comme étant une réforme fiscale « courageuse »… Puis, devant la colère exprimée par le peuple (et les gilets jaunes), a alors été mise en avant la hausse du prix du baril. Mais, comme celui-ci avait en réalité baissé, nos gouvernants ont ensuite évoqué la prétendue nécessaire « transition énergétique » et le réchauffement climatique que de nombreux scientifiques nationaux et internationaus (Yves Lenoir, François Gervais, Hacène Arezki, Benoit Rittaud etc…) ne cautionnent pas.
    Familièrement nous pourrions même dire de nos gouvernants qu’ « ils nous les ont toutes faites ». C’est-à-dire : faux prétextes, mensonges, manipulation et culpabilisation de ceux qui n’ont pas le pouvoir matériel et financier d’y changer grand-chose.
    Bref, un état dans tous ses états.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Droits sur vos données : soyez prêts à prouver votre identité

Depuis l'entrée en vigueur du Règlement général relatif à la protection des données (RGPD), qui n'a pas reçu une flopée...

Fermer