Hommage à Johnny: quand la France se découvre majoritairement à droite

La ferveur Johnny qui se déchaîne en France prouve une évidence longtemps cachée: le pays est majoritairement à droite, y compris culturellement. Une leçon qui mériterait d’être longuement méditée.

Berger

Longtemps, l’intelligentsia a méprisé Johnny Hallyday. Il était le symbole de la culture populaire, celle des petites gens qui ne se sentent pas aliénés par leur condition, qui n’ont pas honte d’être des prolétaires. 

Dans les schémas de la gauche dominante au sein de l’establishment, seule la conscience marxiste a droit de cité. Encore aujourd’hui. À ce titre, tout prolétaire qui n’entre pas en voie de rédomption par une adhésion plus ou moins directe à la lutte des classes est forcément suspect. En tout cas, il est digne de mépris. Il suffit de suivre la réaction mélenchonienne à la mort de Johnny pour le comprendre.

Avec sa syntaxe approximative et ses chansons sans engagement politique, Johnny est longtemps apparu comme le chantre honteux de ce petit peuple occulté par les médias subventionnés.

Les médias face à la culture populaire

Il faut écouter les explications coupées en quatre données sur France Inter pour expliquer le boycott dont le chanteur populaire a fait l’objet pendant sa carrière de la part du service public. On s’aperçoit aujourd’hui qu’un chanteur digne de funérailles nationales n’a tout simplement jamais été programmé sur une chaîne de radio financée par les citoyens. 

On réentend ici forcément les propos de Patrick Cohen, alors présentateur de la matinale, justifiant le renvoi en dissidence de tous ceux que la gauche bien-pensante juge indigne de la vie démocratique. C’est bien à une fabrique de l’opinion que nous assistons. Au huilage d’une doxa sans aspérité et prête à consommer pour le Big Brother moderne. 

Dans ce corpus de la docilité civile, un Johnny n’avait pas sa place.

Une droite majoritaire mais qui croit le contraire

Et soudain, à l’occasion de la mort de Johnny, on comprend que ce petit peuple de droite, attaché à sa liberté, son identité, son mode de vie, est majoritaire dans le pays. Contrairement au « story-telling » de l’intelligentsia parisienne, les Français sont plus nombreux à ne pas aimer la bien-pensance qu’à l’aimer. 

Le problème tient aux élites de droite qui sont convaincues du contraire. Aucun parti de droite, en France, n’est conscient qu’il représente une majorité démographique et que l’hégémonie culturelle reste à sa portée. 

D’où des querelles absurdes sur une multitude de sujets qui n’effraient que les élites parisiennes. Par exemple, sur le rôle de l’État, que les Républicains, Wauquiez compris, continuent à défendre alors qu’il existe une majorité de Français prêts à entendre qu’il faut le réduire. Par exemple sur les questions identitaires où beaucoup de Français appellent de leurs voeux à un retour aux valeurs traditionnelles et à des raisonnements simples à comprendre. 

Le peuple de droite orphelin de ses partis politiques

Tout le sujet contemporain est là. La majorité du pays veut préserver un mode de vie libre, tolérant, mais qui assume son goût pour la liberté et la tolérance. Le tout État et le tout Vivre Ensemble sont minoritaires. 

Pourtant, cette idéologie reste le point de référence des partis politiques (qu’ils soient pour ou contre d’ailleurs). Cette incongruité, ce décalage profond entre les aspirations du pays et la lecture qu’en donne la classe politique sont la clé majeure du malaise qui persiste dans l’opinion. Et l’explication première du naufrage libéral aujourd’hui. 

 

3 commentaires sur Hommage à Johnny: quand la France se découvre majoritairement à droite

  1. Tout simplement parce que le jacobinisme présente tellement d’avantages pour les dirigeants qu’aucun élu de gauche comme de droite n’imagine s’en passer! Au diable l’intérêt du peuple!
    L’hommage à Johnny pour certains pourrait n’être que l’expression hypocrite du plaisir de le voir disparaître.

  2. Thèse intéressante mais je reste sur ma faim puisqu’il semble falloir considérer comme évident que les fans de Johnny — « le petit peuple » — sont de droite…

  3. Article intéressant sur la mort de Johnny (paix à son âme) et ce que les hommages révèlent. Reste à mieux étayer le lien entre « petit peuple » et peuple de droite. Le petite peuple n’est pas seulement rural, et les délires gauchistes y sont parfois bien ancrés (notamment les délires écologistes).

    Mais la conclusion atteint un niveau exceptionnel d’incohérence et de n’importe quoi !
    Je cite en résumant :
    « Le tout État et le tout Vivre Ensemble sont minoritaires.
    Pourtant, cette idéologie reste le point de référence des partis politiques […]
    ce décalage profond [est] l’explication première du naufrage libéral aujourd’hui. »

    Le tout État explique le naufrage libéral ? Qu’a donc fumé l’auteur de ces propos ?
    De quel naufrage libéral parle-t-on ? de la perte des valeurs et principes libéraux ? ce n’est pas ce que laisse sous-entendre cette formulation … à 1000 lieues de prôner le « tout État », le libéralisme s’oppose à l’État-providence, à l’État-nounou : il met en avant la liberté individuelle, la propriété, la responsabilité et la limitation des pouvoirs de l’Etat.

    A moins que l’on ne parle ici du « liberal » américain, équivalent de nos socialistes de chez nous ? Mais alors il n’y a pas d’accent, il faut éviter une confusion fâcheuse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Être chômeur à l’étranger : l’Etat peut limiter l’indemnisation à 3 mois

Être chômeur indemnisé et vivre à l'étranger, c'est possible, mais pas éternellement. L'avocat général de la Cour de justice de...

Fermer