Immobilier: une usine à gaz qui laissera coi les investisseurs, par Sébastien Laye

Nous achevons notre dossier sur la politique immobilière d’Emmanuel Macron, suivi par Sébastien Laye, et précédé de deux articles cette semaine. 

Derrière les détails techniques et fiscaux de ces réformes, on trouve donc bien l’idéologie attalienne selon laquelle les investisseurs français seraient des bourgeois rétifs aux risques, si différents des braves entrepreneurs anglo saxons qui eux investiraient tout leur capital dans la Silicon Valley. Franco-americain et investisseur dans l’immobilier aux USA, je dirais que rien n’est plus éloigné de cette vision. L’épargne populaire reste aussi aux USA concentrée sur le secteur immobilier, et c’est bien la croissance plus soutenue et surtout l’appareil industrialo-militaire qui expliquent l’essor de la Silicon Valley. Par ailleurs, le matraquage fiscal du secteur immobilier risque de s’avérer contre-productif  assez rapidement en France. Si les flux d’épargne vers le secteur se tarissent du fait d’une fiscalité moins avantageuse, il est peu probable qu’en un ou deux ans les français s’improvisent investisseurs dans les start ups. Il s’agit d’un vrai métier et le français moyen investit peu dans les fonds de capital-risque : la nature même de l’assurance vie , qui a résisté a la dernière crise financière, fait que sans réforme d’envergure, elle ne peut allouer des sommes importantes au capital-risque. Pour un hypothétique basculement qui est plus une affaire de mentalité culturelle et de confiance en l’avenir, le gouvernement risque de briser le seul secteur de l’investissement qui fonctionne encore et attire l’épargne des français. Prendre un tel risque est une hérésie quand ce secteur représente 10% de notre PIB. Mais il y a pire : les afflux de liquidité des banques centrales ont engendre des bulles sur de nombreuses classes d’actifs. L’immobilier français n’est pas exempte de ce phénomène et ces réformes fiscales pourraient être le catalyseur négatif que d’aucuns attendent pour la survenue d’un krach immobilier, ou du moins d’une correction significative. Une telle correction au second semestre 2018 par exemple serait difficilement digérable pour une économie française qui vient de retrouver son rythme de croisière. Et on le sait, dans un contexte spéculatif, la moindre étincelle ou correction peut dégénérer en un vrai marasme, qui via la construction et les pertes en capital pour presque tous les français cette fois ci (alors que les actions elles ne concernent qu’un cinquième des français) obèreraient les chances de reprise durable.

Début septembre 2017, avant le détail des reformes de Macron en la matière,  il apparaissait que 70% des  français indiquaient que l’immobilier serait leur investissement prioritaire au cours des cinq prochaines années. Monsieur Macron, ne brisez pas l’un des rares secteurs qui fonctionne encore en France.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La DSN bientôt utilisée par l’État pour ficher les salariés?

L'État doit-il ficher les salariés en utilisant les données émises par les entreprises dans le cadre de la DSN (déclaration...

Fermer