Imposition des dividendes: la Commission lance une procédure contre la France

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 4530 fois

La Commission Européenne annonce que, sur la question de l’imposition des dividendes, elle saisit la Cour de Justice de l’Union Européenne du refus français de se conformer à la réglementation communautaire. Voici le texte de son communiqué:

La Commission européenne demande aujourd’hui à la France de se conformer pleinement à un arrêt (Accor C-310/09) de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) du 15 septembre 2011.

Le contentieux en question concerne la restitution de montants d’impôt versés en France par des sociétés détenant des filiales dans d’autres Etats de l’Union européenne (dans le cadre du dispositif appelé “précompte mobilier”). Le Conseil d’Etat, qui avait pourtant saisi la Cour via des questions préjudicielles, a fait une interprétation restrictive de l’arrêt de la CJUE dans deux arrêts rendus en décembre 2012. La Commission estime que ces arrêts ne respectent pas le droit de l’Union.

Contexte

La Commission saisit la Cour de Justice de l’Union européenne pour manquement de la France en raison du maintien d’une discrimination en matière d’imposition des dividendes ayant leur source dans d’autres États membres de l’UE.

En effet, la Commission considère que la France ne respecte pas l’arrêt de la Cour du 15 septembre 2011 sur trois points spécifiques:

– elle ne tient pas compte de l’imposition déjà acquittée par les sous-filiales non françaises;

– elle limite le système de crédit d’impôt à un tiers du dividende redistribué par une filiale non française. Cette limitation constitue une différence de traitement entre sociétés percevant des dividendes en provenance d’autres Etats membres et celles percevant des dividendes d’origine française. Pour la Commission, cela est contraire au droit d’établissement et à la libre circulation du capital;

– elle maintient, pour limiter le droit au remboursement des sociétés concernées, des exigences quant à la preuve à apporter, ne respectant pas les critères dégagés par la Cour de Justice dans l’arrêt précité.

La Commission avait adressé à la France une lettre de mise en demeure le 27 novembre 2014, suivie d’un avis motivé, le 29 avril 2016. Comme la France ne s’est toujours pas mise en conformité, la Commission saisit à présent la Cour de justice de l’Union européenne.

Pour plus d’informations

— Sur les décisions importantes concernant les procédures d’infraction de décembre 2016, voir le MEMO/16/4211;

— Sur la procédure générale d’infraction, voir le MEMO/12/12;

— Sur les procédures d’infraction.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
De « Sully » à Trump : la légende de l’individu contre l’organisation

Article paru sur le site The Conversation, sous la signature d'Hervé Laroche. Dans le film Sully, Clint Eastwood retrace l’exploit...

Fermer