Engagé par la Commission Européenne avec de faux-diplômes, un couple touchait 20 000€ par mois

La cour d’appel de Bruxelles a condamné un couple pour faux et usage de faux. En somme, un homme et son épouse ont réussi à se faire embaucher à la Commission Européenne en présentant de faux diplômes avant de fournir des certificats médicaux les empêchant de travailler. Ils touchaient tout de même des salaires conséquents.

Comme quoi, il n’y donc pas seulement les entreprises privées qui sont concernées par les candidats qui bidonnent leurs CV avec de fausses compétences ou des expériences qui n’existent pas.

La cour d’appel de Bruxelles a rendu son verdict ce mercredi 24 octobre. L’avocat général à requis 36 mois de prison ferme à l’encontre de Philippe et 18 mois ferme pour Laurence. Les prévenus ont avoué les faits mais leurs avocats ont plaidé l’irrecevabilité des poursuites. 

Près de 20 000€ sans travailler

En 2004, le couple de faussaires se fait engager par la Commission Européenne. Philippe se présente comme étant juriste et ingénieur, le tout avec de documents attestant de ses expériences professionnelles. Laurence est, quant à elle, politologue diplômée de la Sorbonne à Paris.

Cependant, tout cela est faux. Mais les deux « Bonnie and Clyde » ne s’arrêtent pas là. A peine quelques semaines de travail plus tard, ils déposent tous les deux nombres de certificats médicaux les empêchant de travailler. Mieux, Philippe arrive à se faire reconnaître comme étant invalide. 

Pendant plusieurs années, les deux époux touchent entre 5 000 et 14 000€ nets par mois, le tout sans travailler. Avant que la supercherie ne soit découverte. La Commission Européenne réclame 670 000€ de dommages et intérêts. Par ailleurs, Philippe est condamné à 5 ans de prison et Laurence à 40 mois.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Cryptomonnaies : le gouvernement japonnais mise sur l’auto-régulation

La gouvernement japonnais a officiellement le choix de voir les cryptomonnaies s'auto-réguler. Une première mais qui devra faire ses preuves....

Fermer