Jean-Michel Blanquer, le meilleur choix d’Emmanuel Macron

Temps de lecture : 9 minutes

Cet article a été lu 11942 fois

Dans le nouveau gouvernement, Jean-Michel Blanquer constitue probablement le meilleur choix, tant le personnage est à la fois capable et doté d’une vision utile pour l’école. Nous reproduisons ici le texte d’une interview qu’il a donnée au “Café Pédagogique” à l’automne 2016, à l’occasion de la sortie de son ouvrage “L’école de demain”. Il était interrogé par François Jarraud.

 

François Jarraud: Le livre s’appuie sur une bibliographie largement nord américaine même quand il y a des publications françaises sur le même sujet. Par exemple pour défendre l’idée de réduction du nombre d’élèves par classe en Rep je me serais appuyé sur Valdenaire… Pourquoi ce choix de ressources nord américaines ? Compte tenu des forts écarts entre les système éducatifs, est-ce judicieux ?

En matière scientifique, l’universalisme est de mise me semble-t-il. J’ai beaucoup lu et travaillé à partir de la recherche française et elle est souvent citée dans le livre. Par exemple, l’École d’économie de Paris a produit depuis le début de la décennie des évaluations et des études de première qualité auxquelles je fais référence abondamment. De façon plus générale, il y a beaucoup de sources françaises dans mon livre : Garcia et Ollier, Fayol, Gurgand et Morin,  Dehaene, Gentaz et Sprenger-Charolles, etc.

L’expérimentation en éducation existe depuis les années 60 dans le monde. Les résultats sont en général convergents : sur la taille de classe, sur les méthodes structurées, sur le temps d’apprentissage. Donc on peut de plus en plus parler de connaissances scientifiques qui permettent de prendre de bonnes décisions.

Sur le point que vous évoquez, je me réfère explicitement à l’article de Bressoux et Lima sur le dédoublement des classes de CP réalisé par Luc Ferry. Cet article me semble d’ailleurs plus pertinent que celui de Valdenaire car il s’appuie sur une expérimentation et non sur une simulation.

Au-delà de ce cas, je ne prétends évidemment pas être exhaustif. Mais je cherche justement à ouvrir les perspectives. Lorsque je me réfère à Esther Duflo, chercheuse française, basée aux États-Unis et travaillant sur des terrains comme l’Inde ou l’Afrique, est-ce que je me réfère à de la recherche d’une nationalité particulière ? Je ne sais pas.

Il se trouve qu’il y a dans les universités des États-Unis des recherches et des méthodes de premier plan sur des sujets qui concernent tous les pays. Et certaines expérimentations sont parmi les plus probantes.  A ce titre, on peut citer l’exemple de la Floride qui a réalisé à large échelle des progrès sur les minorités au début des années 2000 en appliquant les enseignements de la recherche (les travaux de Torgesen notamment).

Il me semble intéressant de faire mieux connaître au public français des recherches qui ont une grande portée quelle que soit leur origine car, à mes yeux, nous ferons évoluer positivement notre système à la lumière de notre propre expérience, de la recherche et de la comparaison internationale.  Notre système éducatif a précisément besoin de s’ouvrir sur ce qui se passe ailleurs dans le monde. Le caractère autocentré du débat sur l’éducation est l’une de nos limites.

Sur cette base, je crois à une voie française propre, tenant compte de ce que nous sommes, historiquement et sociologiquement. C’est ce que j’affirme très clairement dans le livre.

 

François Jarraud: L’ouvrage manifeste une volonté de “prouver” les décisions, d’amener un pilotage par les résultats. Mais peut on vraiment affirme qu’on connait les “vrais leviers” pour améliorer l’éducation ?

La fameuse phrase de Montaigne est en exergue de mon livre : « Traiter de la façon d’élever et d’éduquer les enfants semble être la chose la plus importante et la plus difficile de toute la science humaine ».  J’ai une conscience aigüe des limites de toute approche scientifique en matière d’éducation. On ne résout pas les problèmes de l’école par des équations ou des algorithmes. Heureusement, il s’agit de questions humaines avec tout ce que cela signifie sur le plan de la complexité. De mon point de vue il faut se tenir à égale distance de toute approche scientiste, utilitariste ou technocratique.

Ceci étant, on ne peut rester à l’écart des progrès de la science et ne pas chercher à bénéficier de ses apports. Ce serait du néo-obscurantisme. Je m’inquiète quand j’entends certains se rapprocher de ce néo-obscurantisme, souvent parce que la démarche scientifique a pu invalider certains de leurs postulats.

Alors, oui, il y a de « vrais leviers »  pour améliorer l’éducation et leur caractère bénéfique est prouvé : une pédagogie explicite et progressive dès les premiers moments de l’école, le rapprochement parents-école, la formation des professeurs, l’autonomie des établissements, l’attention à des facteurs extra-scolaires comme le sommeil etc.

Nous avons été trop victimes d’une approche idéologique ou « au doigt mouillé » aggravée par le caractère centralisé et bureaucratique de notre système. On doit le libérer en donnant à chacun les moyens d’agir et en éclairant l’action par la science. Je sais que les Lumières ne sont plus à la mode mais je m’en réclame tout de même !

 

François Jarraud: Dans ce cas pourquoi ne les avez vous pas mis en oeuvre quand vous étiez directeur adjoint du cabinet de G de Robien, puis directeur de la Dgesco sous Darcos et Chatel ?

Cette période a été riche en expérimentations évaluées scientifiquement, probablement la plus riche de l’histoire récente en France : la mallette des parents, en 6ème, en 3ème puis en CP, les internats d’excellence,  la lecture avec « Agir pour l’école », les compétences précoces avec Montessori, etc. Pour la première fois, on a lancé des expérimentations avec des méthodes d’évaluation correspondant aux meilleurs standards internationaux.

On aurait certainement pu aller plus loin dans l’extension à grande échelle mais nous manquions alors de transposition française à petite échelle pour valider les faits établis ailleurs. Un bon exemple est la « mallette des parents » qui a commencé par une expérimentation dans 50 collèges de l’académie de Créteil, puis a été élargie à 1300 établissements, à la suite d’une évaluation positive précise réalisée par l’École d’économie de Paris. Aujourd’hui, c’est un dispositif national encouragé par les ministres successifs et dont les conséquences positives sur les familles les plus défavorisées est prouvé.

Comme toute personne, j’ai connu des réussites et des échecs, des forces et des faiblesses, des choses qui dépendent de moi et d’autres qui n’en dépendent pas. J’ai contribué à des évolutions dont je suis fier au ministère de l’Éducation nationale. J’ai notamment fait avancer, y compris comme recteur, l’idée que l’on peut et doit avancer par l’expérimentation, l’évaluation et la prise en compte de la recherche. Il y en a de multiples exemples dans mon précédent ouvrage « L’école de la vie ». C’est dans cet esprit que j’ai créé le département de la Recherche et du développement, de l’innovation et de l’expérimentation à la Dgesco avec un délégué dans chaque académie. De nombreuses innovations et expérimentations ont pu se développer sur cette base en France depuis le début de la décennie. Certaines expérimentations ont continué à s’épanouir, d’autres non.

Sur le plan des politiques publiques générales, j’ai défendu avec force l’importance d’un renouveau pédagogique à l’école primaire. La question de l’ancrage des savoirs fondamentaux chez tous les élèves à l’école primaire comme outil essentiel de la vraie lutte contre les inégalités est centrale dans tout le travail qui a été mené. Ce sont des années de progrès de l’école maternelle par exemple.

J’ai cherché enfin à ce que l’on prenne mieux en compte des travaux d’horizons très divers en cherchant les implications concrètes pour l’école. La pensée d’Edgar Morin pour avoir une vision ample de l’idéal éducatif, la recherche de Stanislas Dehaene pour mieux prendre en compte les progrès des sciences cognitives dans notre approche pédagogique, les travaux d’Eric Debarbieux pour mieux lutter de façon pratique contre la violence en milieu scolaire… autant d’approches qui ont été au centre de politiques publiques concrètes et de formation au début de la décennie.

 

François Jarraud: Vous défendez l’idée d’autonomie des établissements en allant jusqu’à une modulation de programmes et une mise en concurrence des établissements (publication des résultats) dans une carte scolaire élargie.  La concurrence, c’est bon pour améliorer le système éducatif ?

La connaissance des résultats a pour objectif d’aider au pilotage des écoles, par la formation aux meilleures pédagogies, par des moyens supplémentaires quand c’est nécessaire. Ce n’est pas fait pour mettre les établissements en concurrence mais pour se placer vraiment dans une logique de progrès avec un soutien de l’institution sur la base d’une stratégie définie par l’établissement et partagée avec lui.

Pour le primaire (qui est prioritaire), ce livre relativise l’impact de l’autonomie des établissements qui, scientifiquement et pour ce niveau, n’est pas spécialement démontrée. J’essaie surtout d’explorer ce que pourrait être une approche territoriale différente reliant davantage écoles et collèges.

 

François Jarraud: L’autonomie des établissements c’est surtout la hiérarchisation avec des chefs d’établissements qui recrutent, évaluent et licencient les professeurs sur le modèle du privé. En quoi cela améliorera-t-il les résultats du système éducatif ?

Non. L’autonomie des établissements n’est pas synonyme de caporalisation mais de travail d’équipe. C’est une logique de responsabilisation. Chacun voit que c’est ce dont notre Éducation nationale a besoin de façon urgente.

Dans la vie d’une école ou d’un établissement, il y a par définition de multiples problèmes. La plupart des solutions ne viennent pas d’en haut. Elles sont prises à bras le corps par les adultes en responsabilité. Comment réussissons-nous à donner à ces professionnels les moyens d’agir au quotidien ? C’est la question que tout responsable du système doit se poser.

Tout ceci se passera au bénéficie des professeurs qui ont besoin d’une approche humaine et non d’un algorithme pour évoluer au cours de leur vie professionnelle. On doit offrir des opportunités de changement au sein et en dehors de l’Éducation nationale. On doit permettre à des équipes de proposer des projets pour faire progresser une école ou un établissement. Aujourd’hui, à cause de faits réels mais aussi des discours pessimistes faciles, l’institution est vue comme une chape de plomb. Elle doit devenir une référence positive qui aide chacun à s’accomplir, à proposer, à contribuer au progrès collectif.

 

François Jarraud: Jusqu’où faut il aller dans la régionalisation de l’éducation ?

Je suis très attaché à la notion de service public national de l’éducation. C’est le socle de notre pays. La décentralisation et la déconcentration n’ont pas remis en question cela. Au contraire, elles sont des vecteurs de progrès.

S’agissant du rôle des régions, il me semble que l’on est déjà allé assez loin pour le lycée général et technologique. En revanche, je pense que le lycée professionnel pourrait bénéficier d’une plus grande régionalisation. La région est désormais pleinement l’entité compétente en matière d’emploi et de formation professionnelle. Le lycée professionnel, au travers du CAP et du Bac Professionnel, est conçu pour mener directement à l’emploi. Il est donc logique d’imaginer la région en pleine responsabilité pour faire réussir les lycées professionnels.

Cela irait de pair avec une mutation complète du contenu et de l’image des lycées professionnels, tenant compte des grandes évolutions de notre temps, au service de l’avenir de notre jeunesse.

Je pense que le lycée professionnel doit être une grande priorité des années à venir, avec un nouveau contenu et une nouvelle image. Ce doit être le lycée des métiers de l’avenir tenant compte de la révolution numérique, des mutations de l’industrie et des services, du goût pour l’entrepreneuriat de notre jeunesse et des savoir-faire à la française. Cela peut devenir synonyme de la réussite demain alors que aujourd’hui c’est là que se concentre une bonne part du décrochage scolaire. C’est d’autant plus possible que l’on doit envisager l’ensemble dans le cadre d’un monde caractérisé par la formation tout au long de la vie.

 

François Jarraud: Si je chiffre bien vous envisagez d’augmenter d’un milliard le budget de l’éducation nationale ? (300 M pour les études , 600 M pour créer des postes en Rep ?)

Le livre explique que notre budget est trop faible pour le primaire, nettement inférieur à celui de nos partenaires (Angleterre, Allemagne, États-Unis). Il y a des ciblages de moyens qu’il faut savoir opérer. C’est pour cela que je prône le dédoublement des classes maternelles quand c’est nécessaire dans les écoles les plus défavorisées.

Il y a des dépenses en plus qu’il faut savoir faire car elles sont efficaces et ont un bénéfice direct. On peut réaliser des économies dans l’enseignement secondaire avec une meilleure gestion et une meilleure organisation. Un bon exemple de cela est la simplification du baccalauréat qui ferait gagner du temps et de l’argent à tout le système.

 

François Jarraud: Le livre est un vrai programme de refonte du système éducatif, de chaque niveau, du métier enseignant. C’est un programme pour quel candidat à la présidentielle ?

Je ne l’ai pas conçu pour un président en particulier. Ce livre est fait pour alimenter le débat public à un moment crucial pour l’avenir de notre pays. Il faut de la lucidité, de l’optimisme et de la volonté. Tout le monde sent bien que notre école doit évoluer pour bénéficier à toute notre jeunesse et pour mieux réaliser l’idéal de liberté, d’égalité et de fraternité. Si ce livre peut contribuer à sortir de certaines querelles stériles et à trouver des voies de progrès, j’en serai heureux.

 

Propos recueillis par François Jarraud

 

Jean-Michel Blanquer, École de demain (L’), Propositions pour une Éducation nationale rénovée, Odile Jacob, ISBN : 2738133347

 

Comment la France a échappé à l’évaluation par les résultats

Sur Agir pour l’école

JM Blanquer, L’école de la vie

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Emmanuel Macron sera-t-il le vrai ministre du Budget du gouvernement Philippe?

Temps de lecture : 1 minuteDans le nouveau gouvernement Philippe, il existe une anomalie autour du budget. Officiellement, la règle...

Fermer