La bataille pour la loi Travail commence officiellement aujourd’hui

Depuis plusieurs semaines, la bataille bat son plein sur la loi Travail qui doit être présentée aujourd’hui au Conseil des Ministres. Rarement un projet de texte aura suscité autant de polémiques avant même d’avoir vu le jour. La présentation au Conseil des Ministres risque bien de faire monter la température de quelques degrés supplémentaires.

Le patronat fourbit ses armes pour soutenir la loi Travail

Mardi, les organisations patronales ont diffusé un communiqué de presse commun à l’issue d’une réunion tenue à la CGPME et incluant même le MEDEF. S’il se murmure que Pierre Gattaz se tortille beaucoup sur sa chaise à l’idée d’attaquer le gouvernement de front pour ses reculades, il a néanmoins donné son consentement à des propositions communes publiées mercredi.

Face aux mouvements qui descendent aujourd’hui dans la rue pour protester contre la loi, « l’aile droite » du gouvernement a donc préparé sa contre-attaque avec des propositions concrètes pour orienter une évolution du texte. Manifestement, le patronat ne restera pas inactif durant la phase de débat parlementaire.

La négociation chômage comme dommage collatéral

La bataille du Travail s’est subitement propagée sur le terrain du chômage et sur le délicat sujet de l’indemnisation des intermittents du spectacle. Après avoir sursis à ses propositions il y a 15 jours sur le cadrage chiffré de la négociation, le MEDEF a finalement envoyé hier son document aux partenaires sociaux. Il y propose de limiter l’indemnisation des intermittents à 3 euros d’allocation pour un euro de contribution, contre 4,1 euros aujourd’hui.

Il n’en fallait pas plus pour enflammer la CGT Spectacles:

« On était sur un ratio de 8 en 2002, maintenant ils veulent un ratio de 3: c’est totalement inacceptable. On ne peut pas descendre en dessous de 3,9« , a estimé M. Gravouil.

Faut-il y voir un moyen de pression sur les partenaires et sur le gouvernement au début du cycle parlementaire sur la loi Travail? C’est en tout cas le sentiment de la CGT.

La CGC toujours en équilibre instable

Un acteur fait en tout cas les frais du projet de loi et de son débat: la CGC. La présidente Couvert, qui vit ses pénibles dernières semaines à la tête d’une confédération dont elle fait le deuil, continue les prises de position totalement incompréhensibles.

« Nous n’allons pas appeler à la mobilisation du 31 mars qui réclame un retrait du texte. Le texte ne nous satisfait pas, mais nous travaillons plutôt à des amendements », a-t-elle expliqué. La CFE-CGC appellera néanmoins « à un rassemblement, lors du débat parlementaire, à proximité de l’Assemblée nationale », a-t-elle précisé à l’issue d’une réunion avec les fédérations.

« Le point d’équilibre n’a pas encore été trouvé selon nous : il y a encore trop de flexibilité pour les entreprises et pas assez de sécurité pour les salariés », a ajouté Carole Couvert sur BFM Business.

Comprenne qui pourra.

La question religieuse en suspens

L’agitation continue sur l’article 6 du « protocole Badinter » qui prévoit le droit d’exprimer ses convictions religieuses dans l’entreprise. Alors que le gouvernement avait annoncé le retrait du protocole, le projet distribué à la presse mardi montre qu’il serait maintenu comme « guide à la rédaction ». Cette norme mystérieuse et batarde devrait donc contribuer à nourrir la polémique qui commence à gonfler, notamment sous l’influence de Jean-François Coppé.

print

1 commentaire sur La bataille pour la loi Travail commence officiellement aujourd’hui

  1. les commentaires sur la loi travail des articles du mois de mars ont tous disparus, et les articles ont tous été réécrissans changement au 30 03 …pourquoi?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Loi Travail: première escarmouche au Parlement

La ministre du Travail a fait le déplacement, ce mardi 29 mars, à la Commission des Affaires sociales de l'Assemblée...

Fermer