La fiscalité française sur les cryptomonnaies officiellement abaissée !

Le régime fiscal lié aux cryptomonnaies va être fortement allegé. Le Conseil d’Etat vient de confirmer que les gains réalisés sur les achats et vente de cryptodevises devaient être considérés fiscalement comme des plus-values de cession de bien immobiliers. 

C’est une grande victoire pour les investisseurs en cryptomonnaie. Le Conseil d’Etat avait été saisi par le cabinet d’avocats fiscalistes Bornhauser qui réclamait que les crypto-monnaies soient qualifiées de plus-values sur cessions de bien meublés et non pas de Bénéfices non-commerciaux. La demande a été acceptée. 

Une importante baisse d’imposition

Loin d’être un simple changement juridique, cette évolution va largement impacter les investisseurs en crypto-monnaie. Auparavant, les gains sur les crypto-monnaies pouvaient être imposés jusqu’à 65%, charges sociales incluses. Avec ce revirement fiscal, le taux pourra atteindre au maximum les 40% !

Néanmoins, plusieurs critères sont à remplir pour bénéficier de ce nouveau traitement de faveur. Tout d’abord, les utilisateurs doivent régulariser leur situation pour l’année 2017. En clair, l’impôt forfaitaire de 19% nouvellement adopté relève d’une déclaration spécifique qui n’est pas présente sur la déclaration habituelle. Remplie, il faudra la déposer au service des impôts accompagnée du règlement de l’impôt. 

Attention cependant, les gains peuvent tout de même être considérés comme des BNC s’ils sont  » la contrepartie de la participation du contribuable à la création ou au fonctionnement de ce système d’unité de compte virtuelle ».

De plus, les gains restent imposables dans la catégorie BIC s’il proviennent de « a cession à titre habituel d’unités de bitcoin acquises en vue de leur revente ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Régime social des indemnités de rupture : nouvelle chance pour l’employeur

Le régime social des indemnités de rupture du contrat de travail vient d'être bouleversés par deux jurisprudences de la chambre...

Fermer