La gestion des piscines publiques torpillée par la Cour des comptes

Fréquentation en baisse, tarifs en hausse, mauvaise gestion des effectifs… Quand il s’agit d’épingler le gaspillage d’argent public dans les piscines municipales, la Cour des comptes n’y va pas avec le dos de la cuillère. 

Décider et Entreprendre avait déjà flairé le mauvais coup en décembre 2017. A cette époque, la chambre régionale des comptes communiquait sur les larges insuffisances de la ville de Paris dans sa gestion de ses piscines municipales. On y apprenait que le nombre d’accès gratuits avait explosé et représentait une charge importante sur les finances publiques. 

Des observations que la Cour des comptes considère comme minorées face à une réalité qui ne concernerait pas seulement l’Île-de-France mais tout l’hexagone. 

Un modèle ancien et inadapté

Si ces équipements apparaissent toujours comme populaires et accessibles au plus grand nombre, les modes de consommation ont progressivement changé si bien que le public ne souhaite plus seulement s’y rendre pour pratiquer la seule natation. Ainsi, le rapport montre que peu de concertations publiques ont été réalisées et que les nouvelles attentes du public en termes d’activités ont été peu suivies. 

Un financement et une gestion qui laissent perplexe 

Globalement, c’est la gestion de ces centres d’activités qui apparaît comme le point le plus problématique aux yeux de la Cour. D’abord parce l’offre proposée est mal répartie : un bassin pour 10 000 habitants en France contre 0,88 pour Londres mais le Grand Londres dispose d’une surface de bassins par habitant deux fois supérieure à celle du Grand Paris. 

Deuxièmement, c’est le mode de financement qui est particulièrement décrié. 

La gestion d’une piscine ou d’un centre aquatique public entraîne systématiquement un déficit de fonctionnement important. Aucune piscine, ni aucun centre aquatique public examiné dans le cadre de l’enquête ne présente un résultat d’exploitation équilibré ou excédentaire.

La base est posée. Ainsi, l’exploitation d’une piscine conduirait nécessairement à un déficit financier. La Cour explique que « cette situation découle, d’une part, des coûts d’exploitation élevés, liés notamment aux consommations de fluides, aux frais de personnel et au fonctionnement continu de l’équipement, et, d’autre part, de recettes qui sont modérées par l’exercice de missions de service public, comme l’accueil des scolaires et des associations mais aussi par la nécessité d’instaurer une tarification attractive. » La conclusion est toute trouvée : le parc aquatique français ne survit qu’avec des subventions et se retrouve de plus en plus vétuste

Alors que reste-t-il ? Actuellement, pas grand-chose si ce n’est que la Cour des comptes souhaite rapprocher l’offre et la demande. En clair, la Cour des comptes propose un choix fort : celui de supprimer la part de l’Etat dans le financement des piscines afin de transférer la gestion aux intercommunalités. Le financement étant plus proche du public, les besoins réels seraient mieux appréciés.

De même, la Cour souhaite voir les collectivités renforcer le suivi des coûts de fonctionnement de ces équipements. Mais ces mesures semblent bien dérisoires face à des subventions en baisse alors que les équipements sont déjà déficitaires (aucune structure étudiée n’est ne serait-ce qu’à l’équilibre financier). On devrait inévitablement voir une hausse des tarifs avec une diminution de l’offre pointer le bout de leur bonnet de bain.

Peu d’équipements aquatiques sont présents dans les espaces périurbains. S’ils accueillent 22 % de la population nationale, ces espaces n’offrent que 14% des équipements aquatiques et 12% de la surface des bassins. Dans les communes disposant d’un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV), le taux d’équipement par habitant est inférieur de plus de 40 % à la moyenne nationale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Les compteurs électriques Linky dans le viseur de la Cour des comptes

Coûteux pour les usagers, avantageux pour Enedis (ex-ERDF), voici tout ce qu'il y a à retenir du chapitre sur les...

Fermer