Lactalis, un groupe assommé par 20 ans de polémiques

Le groupe Lactalis est dans la tourmente. Après le rappel de 12 lots infantiles par le groupe, le ministère de l’Economie a demandé le rappel de plus de 600 produits possiblement contaminé. Retour sur l’historique et les polémiques qui entourent ce groupe.

Le groupe Lactalis, anciennement appelé Besnier (du nom de son fondateur André Besnier) est le premier groupe laitier et fromager au niveau mondial. Il regroupe plus de 200 sites industriels et commercialise dans plus de 150 pays. En 2017, elle est la plus grande entreprise de transformation de produits laitiers au monde, et la 3e française en termes de chiffre d’affaires avec 16,3 milliards d’euros, se plaçant après Nestlé (21,7 milliards d’euros) et Danone (16,6 milliards d’euros). L’entreprise créée en 1933 par André Besnier, est dirigée par son petit-fils Emmanuel Besnier depuis 2000. L’affaire du lait infantile contaminé rappelle que le groupe a été l’objet de plusieurs polémiques…

Lactalis entre fraude et contamination

Plusieurs polémiques entourent le groupe Lactalis. Déjà 1999, le groupe a été condamné  pour « fraude sur le lait et publicité mensongère ». La fraude porte sur la teneur en protéines des laits. En France, un accord interprofessionnel français fixe cette teneur à 31,5 grammes par litre. Comme les vaches françaises produisent du lait avec un taux de protéines par litre plus élevé, les filiales du groupe Besnier abaissaient donc ce taux à la limite légale, le « standardisaient », selon l’expression du groupe Lactalis, en le mélangeant à un produit pauvre en protéines, le « perméat », résidu de la fabrication de fromages. Or, l’utilisation du « perméat » pour mélanger à des laits de consommation est rigoureusement interdite, et constitue une falsification.

Puis en 2008, la marque Galbani appartenant à Lactalis est accusée (avec d’autres marques) de recycler des fromages périmés et de les avoir mis en vente, lui permettant de générer 10 millions d’euros de chiffre d’affaires. Chose que reconnaît le groupe laitier.

620 lots de produits infantiles contaminés

Et voilà le groupe à nouveau dans la tourmente. Le 3 décembre dernier, la Direction générale de la santé a annoncé que les autorités sanitaires ont procédé au rappel et au retrait de lots de laits infantiles commercialisés. Cette procédure intervient qu’ils aient été informés par Lactalis de la « contamination par des salmonelles » de 20 jeunes enfants de moins de 6 ans, dans différentes régions françaises. Les contaminations n’ont pas mis en danger les enfants concernés mais les autorités demandent aux parents de ne pas utiliser 12 lots de laits infantiles issus de productions élaborées entre mi-juillet et fin novembre. Le 10 décembre, les mesures de rappel et de retrait ont été étendues, le ministère de l’Economie estimant que les mesures sanitaires envisagées par Lactalis ne sont « pas de nature à maîtriser le risque de contamination ». Le gouvernement a établi une liste beaucoup plus conséquente de 620 produits possiblement contaminés. Cinq nouveaux cas de salmonellose ont été déclarés chez des nourrissons cette semaine dont l’un avait consommé un lait de riz qui ne figurait pas parmi les produits rappelés par le groupe le 2 décembre.

Les parents montent au créneau

Une action de groupe a été lancée par 10 familles contre le groupe Lactalis pour « mise en danger de la vie d’autrui », suite à l’annonce de contamination de nombreux produits infantiles. « (…) Ça paraît léger en termes de sécurité de voir que notre enfant a pu boire ce lait pendant des semaines. J’estime qu’en tant que parents on doit avoir confiance en ce qu’on donne à nos enfants. On a donc décidé de porter plainte pour réclamer plus de sécurité à l’avenir » s’insurge l’une des mères qui a porté plainte.

Le ministère a dévoilé des recommandations et alternatives pour les parents en cas de symptômes d’infection alimentaire. Encore une sombre affaire pour Lactalis qui devra faire face à des parents très remontés.

La salmonellose est une infection due à la bactérie nommée salmonelle, présente dans l’intestin des animaux. Elle est une cause d’intoxication alimentaire et provoque notamment chez les personnes contaminées des crampes au ventre et de la fièvre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Les informations transmises par les autorités de santé et le bilan de nos investigations menées depuis une semaine nous ont permis d’identifier une cause probable de contamination survenue sur une de nos tours de séchage dans la période du 1er au 6 mai 2017. Par précaution, nous avons décidé de procéder à un rappel plus large de l’ensemble des produits fabriqués depuis le 15 février 2017. » (Déclaration du groupe Lactalis) 

3 commentaires sur Lactalis, un groupe assommé par 20 ans de polémiques

  1. Quelques que soient les choses que cette entreprise a à se reprocher dans cette affaire, il est étonnant de la part de ce journaliste de laisser penser que c’est habituel dans l’entreprise, en ressortant deux « affaires » visiblement d’il y a 10 et 20 ans ! en tous les cas espérons pour les emplois français que cela revienne vite à la normale et en sécurité.

  2. Vu le nombre de site, le nombre de produit, même si c’est regrettable, il y a peu de problèmes comparé à l’industrie de la viande ou l’industrie pharmaceutique. Le public doit comprendre l’extrême technicité qui permet de sortir des produits « propres ». Une contamination arrive avec une facilité déconcertante et la rechercher et trouver sa cause est difficile techniquement. Par contre lactalis a été un peu lent à réagir, en cela il est coupable. Il a dû s’abriter derrières les autorités françaises qui ne comprennent pas toujours bien les problématiques industrielles; Et nos autorités manquent aussi d’infos un peu cachés par les producteurs pour raison de secret industriel… Le retard me semble plus de la procédure et du jeu administratif coupable joué par les deux partis.

  3. plutôt que de raconter des sornettes, il vaudrait mieux passer à l’action et virer les 10 ou 15 dirigeants de ce groupe afin d’en nommer d’autres par le conseil d’administration (les « virés » en étant exclus) ou à défaut par l’assemblée générale réunie en session extraordinaire, à moins que l’état comme à son habitude laisse pourrir la situation pour qu’il y ait plusieurs centaines de chômeurs en plus !
    cf la lamentable histoire de Spanghero Castelnaudary (cheval au lieu de bœuf sans aucunes bactéries pourtant fermée avec 4 ou 500 licenciements?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Hommage à Johnny: quand la France se découvre majoritairement à droite

La ferveur Johnny qui se déchaîne en France prouve une évidence longtemps cachée: le pays est majoritairement à droite, y...

Fermer