L’Albanie veut devenir le pays le plus cryptofriendly d’Europe

Le premier Ministre albanais a récemment annoncé que le gouvernement travaillait à la mise en place d’un cadre réglementaire pour l’utilisation de la blockchain et des cryptomonnaies, qui serait l’un des plus cryptofriendly d’Europe. Une décision motivée par le fait que l’activité est en plein boum et qu’elle pourrait doper l’économie.

La Suisse, la Belgique, l’Espagne, Malte, le Liechtenstein, le Luxembourg et la Lituanie. L’Europe tout entière semble de plus en plus se pencher sur le cas de la blockchain et des cryptomonnaies. Et ces pays cités réfléchissent tous à créer le cadre le plus favorable à l’installation d’entreprises spécialisées.

Un nouveau pays devrait d’ailleurs bientôt rejoindre cette liste : il s’agit de l’Albanie. Le gouvernement a récemment annoncé qu’il travaille à la mise en place d’un cadre juridique et fiscale des plus attractif afin de doper sa croissance.

« Aider à créer des emplois qualifiés »

Edi Rama, premier ministre albanais, s’est récemment confié au TiranaTimes, un média local. Lors de son entretien, il a expliqué que le gouvernement « explorait la possibilité de mettre en place un cadre réglementaire ». 

 

Un changement de position majeur puisque l’Etat était jusqu’ici plutôt méfiant quant à l’avènement des cryptomonnaies. Seulement, le gouvernement a décelé plusieurs opportunités qui pourraient aider à développer l’économie du pays.

La possibilité d’innover et de créer un centre de gravité pour les marchés financiers innovants est ouverte à tous les pays, quel que soit leur niveau de développement.

Edi Rama, premier ministre albanais

Ainsi, le gouvernement étudierait actuellement comment Malte a fait pour devenir la plaque tournante de la blockchain en Europe. Il ajoute que ce changement de réglementation permettrait « d’ouvrir de nouveaux marchés et de créer de nouvelles possibilités d’emplois bien rémunérés et de personnel qualifié. »

Si les résultats sont satisfaisants, nous encouragerons, même en dehors de l’Albanie, la volonté du pays de devenir une plaque tournante pour de nombreux investisseurs potentiels qui souhaitent s’impliquer dans cette révolution des finances mondiales.

Edi Rama, premier ministre albanais

Et en France ? Les dernières avancées date de septembre dernier lorsque l’Assemblée nationale validait le projet d’encadrement des ICO. Un projet qui permettrait à l’AMF de délivrer ou non un visa de certification pour le ICO en France.

En dehors de ça, pas grand-chose si ce n’est qu’est actuellement débattu la question de la régulation et de la taxation des transactions réalisées en cryptomonnaies. Doucement mais sûrement, la France prend de plus en plus de retard face à ses voisins européens sur la blockchain et les cryptomonnaies.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
En plein dans la tempête homéopathie, les ventes du géant Boiron s’effondrent

Les questionnements actuels sur l'homéopathie et son possible déremboursement font leur première victime. Le laboratoire Boiron voit, depuis début 2018,...

Fermer