Le fail du jour : un homme jette son ordinateur contenant 90 millions de dollars en Bitcoins

Une succession d’inattentions et c’est une toute une fortune qui a disparue. James Howells en a fait l’amère expérience après s’être débarrassé de son ordinateur où il avait stocké ses cryptomonnaies. 

Si vous rencontrez, à Sydney, un homme qui va de déchetterie en déchetterie à la recherche d’un ordinateur, il s’agit probablement de James Howells. Cet investisseur en cryptomonnaies australien fait partie de ceux qui ont perdu leur fortune. A la différence qu’il ne s’agit pas d’un vol ou d’un braquage de cryptomonnaies…

Si la malchance devait être personnifiée…

En 2009, James Howells flaire le bon coup et achète 7 500 Bitcoins pour une bouchée de pain en espérant faire fructifier ses ressources quelques années plus tard. Sa fortune atteint même les 100 millions de dollars.

Seulement, James oublie complètement le magot contenu dans son ordinateur. Jusqu’au jour où il renverse un verre d’eau dessus et décide de simplement mettre son ordinateur à la poubelle. Avec le disque-dur et le « grisbi ».

Une aiguille dans une botte de foin 

Illumination, il part à la recherche du précieux ordinateur mis à la benne mais en vain. 9news rapporte ensuite que James Howells essaie de rameuter des investisseurs pour entreprendre des travaux de recherche et d’excavation pour retrouver le précieux disque-dur. Une tâche qui s’avère particulièrement compliquée à mettre en place.

Il s’agit assurément de chercher une aiguille dans une botte de foin, mais parfois les aiguilles peuvent être trouvées.

Prêt à tout, James Howells s’est même dit ouvert à donner 10% de la somme totale au conseil municipal de Newport en échange de son aide pour les recherches. Une offre qu’a refusé ce dernier. 

Le coût de l’excavation du site d’enfouissement, de l’entreposage et du traitement des déchets pourrait s’élever à des millions de dollars, sans aucune garantie que le matériel soit trouvé ou qu’il soit toujours en bon état de fonctionnement. Le conseil a dit à plusieurs reprises à la personne concernée que l’excavation n’est pas possible en vertu de notre permis, et que l’excavation aurait un énorme impact environnemental sur les environs.

Les chances de retrouver le disque dur ne sont pas très élevées mais James affirme qu’il se sentira mieux s’il essaie. En tous cas, cela montre bien qu’en plus de se protéger avec des moyens digitaux, il faut parfois protéger physiquement son portefeuille. Ou au moins se rappeler que l’on en possède un.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Le MEDEF compte 77 fédérations patronales adhérentes: en voici la liste

Selon un principe discutable, le MEDEF limite aux seuls membres du Conseil Exécutif l'information sur la répartition des sièges lors...

Fermer