Le Mée, un Coréen à visiter sans tarder

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 1039 fois

La cuisine coréenne est souvent mal connue, malgré son extrême finesse évoquée par ailleurs dans nos colonnes. Heureusement, Paris connaît une mode qui met en exergue cette cuisine dont les représentants se multiplient. Parmi eux, le Mée, petite enseigne entre le Louvre et l’Opéra au cadre sympathique et à la cuisine goûteuse. On la recommande chaleureusement.

Une profusion de saveurs inattendues

Comme toujours, la cuisine coréenne a la bonne idée de réinventer ou de revisiter des plats et des mets en leur donnant des goûts totalement inattendus et qui ravissent très heureusement le palais. Le Mée ne fait pas défaut à cette tradition: il propose avec intelligence des produits simples mais très bien travaillés et riches en goût. On retiendra par exemple la basse-côté de boeuf mijotée sur un ensemble proche du bibim pap. Les produits sont frais, ils sont bien travaillés, et ils sont délicieux.

Les cuissons sont souvent complexes dans la cuisine coréenne. Au Mée, elles sont très réussies et méritent d’être savourées arrosées d’un Saju, la liqueur la plus populaire de Corée. À base de riz et filtrée au charbon de bois de bambou, cette liqueur de 20° rafraîchit agréablement le repas et met en valeur l’assaisonnement des légumes qui accompagnent la viande.

Le dessert, un moment d’étonnement

Le dessert réserve un moment particulièrement étonnant dans le repas. Là encore, la finesse des saveurs ne décevra pas les gourmets. On relèvera en particulier la glace au sésame et ses haricots rouges, dont la texture relève plus de la pâte ou de la frangipane que du légume. L’ensemble compose un plat très équilibré, un sucre bien tempéré. Mais les plus audacieux testeront l’infusion de jujube, un breuvage très sucré joliment servi dans une théière qui prouvera que l’Occident peut apprendre beaucoup de la cuisine coréenne…

Le Bistrot Mée, 5 Rue d’Argenteuil, 75001 Paris

Fermé le dimanche, ouvert midi et soir le reste de la semaine.

Compter 30 euros par repas.

print

A propos Éric Verhaeghe 148 Articles
Fondateur de Tripalio, auteur.
Contact: Twitter

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Les branches protègent-elles les TPE? L’exemple de la boulangerie

Les branches professionnelles, que tout le monde (même le paraît-il libéral Macron) évoque comme le recours magique pour réformer le...

Fermer