Le Parlement Européen vote la fin de l’anonymat des crypto-monnaies !

Pour lutter contre le blanchiment d’argent, le Parlement Européen a voté des règles plus strictes qui s’appliqueront au cryptomonnaies. 

574 voix pour, seulement 13 voix contre et 60 abstentions. Le Parlement européen a approuvé ce jeudi 19 de nouvelles dispositions pour éradiquer le blanchiment d’argent. Mais ce vote s’accompagne aussi de plusieurs dispositions qui pourraient remettre en cause la nature même des cryptomonnaies. Objet de fantasmes, c’est l’anonymat (on parlera volontiers de pseudonymat) qui est dans le viseur. 

Enregistrement des plateformes d’échanges et vérifications des informations des clients

Les monnaies virtuelles servent-elles à financer des activités illicites ou terroristes ? Oui. Mais pas plus que les monnaies traditionnelles et même moins. Un rapport d’Europol publié en 2016 affirmait que « le cash continue de jouer un rôle important pour la réalisation de profit d’activité criminelle : les méthodes sont bien établies, et le moyen est aussi favorable à l’échange, intraçable et anonyme que les cryptomonnaies ». 

De la même façon, Europol estime que trois à quatre milliards de livres sterling de fonds d’origine criminelle seraient blanchis annuellement grâce aux cryptomonnaie. Soit seulement 3 à 4% des 100 milliards de livres sterling blanchis chaque années en Europe.

Et pourtant, le Parlement Européen a décidé de renforcer les règles sur les cryptomonnaies. Parmi les nouvelles règles votées ce 19 avril, les utilisateurs devront fournir leur identité  lors de l’utilisation de plate-formes d’échanges et autres services de portefeuilles. En clair, les « wallet » ne seraient plus anonymes. 

Pareil pour ces plate-formes. Elles doivent être enregistrées auprès des autorités et devront appliquer des procédures de diligence raisonnable. 

Pourtant, la plupart plateformes sont déjà régulées. Elles sont soumises aux mêmes règles KYC et anti-blanchiment d’argent que les banques traditionnelles. De même, les échanges ne sont pas anonymes mais pseudonymes. Le cheminement des transactions est (possiblement) récupérable sur des adresses chiffrées mais par des experts. 

La donne est légèrement différentes pour certaines monnaies comme le Monero ou le Zcash qui proposent des transactions en théorie intraçables. En clair, le Parlement Européen pourrait très bien faire passer des lois qui n’affecteraient que moins de 3% des transactions illicites dans le monde. Tout en remettant en cause le principe même des cryptomonnaies. 

Le comportement criminel n’a pas changé. Les criminels utilisent l’anonymat pour blanchir leurs produits illicites ou financer le terrorisme. Cette législation contribue à contrer les menaces qui pèsent sur nos citoyens et le secteur financier en permettant un meilleur accès à l’information sur les personnes derrière les entreprises et en resserrant les règles régissant les monnaies virtuelles et les cartes prépayées anonymes.

Krišjānis Kariņš, co-rapporteur

1 commentaire sur Le Parlement Européen vote la fin de l’anonymat des crypto-monnaies !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Crise des hôpitaux : le personnel hospitalier en guerre contre les intérimaires !

En pleine crise de l'hôpital, les praticiens apparaissent plus désunis que jamais. Actuellement, les intérimaires sont accusés de gonfler leur...

Fermer