Le Quebec arrête toutes les nouvelles opérations de minage en cryptomonnaie !

C’est une nouvelle sans-précédant : le Québec vient de mettre à l’arrêt toutes les nouvelles opérations de minage en cryptomonnaie. En cause, le coût énergétique trop important de ces opérations. 

Le Québec est connu pour abriter de nombreuses initiatives liées aux cryptomonnaies. A raison car la région produit assez facilement de l’énergie à bas coût et en abondance. Seulement, Philippe Couillard, premier ministre du Québec, vient de sonner la fin de la récréation

Toutes les nouvelles activités sont mises en pause

Avant cette pause forcée, le Québec était l’une des terres d’accueil privilégiées par les porteurs de projets en cryptomonnaie. Les opérations en minage ne cessaient de se multiplier ces dernières années, à tel point que la compagnie Hydro-Québec Distribution a vu arriver des demandes d’énergie, provenant de possesseurs de cryptoactifs, supérieures à 5 000% à ce que demande en moyenne les ménages québécois. 

La Société d’État a reçu pas moins d’une centaine de demandes d’entrepreneurs qui totalisent 10 000 mégawatts, soit le quart de sa capacité totale de production !

Un phénomène comme ça, à Hydro-Québec, on n’a pas vu ça souvent, on n’a pratiquement jamais vu ça.

Marc-Antoine Pouliot, porte-parole de la société d’État.

Face à coût énergétique, en plus du fait que « cette industrie ne crée que peu d’emplois », le premier ministre à décider de mettre en stand-by toutes les nouvelles activités de minage de cryptomonnaies. Pour l’instant, aucune date de reprise n’a été donnée. 

Dividendes en hausse malgré les investisseurs qui fuient

La position du Québec est donc subitement passée de très ouverte à réfractaire après l’intervention du gouvernement. Pourtant, il n’était pas initialement prévu dans les plans d’Hydro-Québec de stopper son activité de support des opérations de minage. En pour cause.

Son PDG, Eric Martel, annonçait que « pour la cinquième année de suite, la société de distribution allait pouvoir verser un dividende supérieur à 2 milliards de dollars à son actionnaire, le gouvernement du Québec« . On peut donc logiquement dire, qu’avec l’ingérence dont a fait preuve le gouvernement québécois résulte de la peur de l’image sulfureuse des cryptoactifs. 

En attendant, les investisseurs commencent à fuir la région. Certains se tournent alors vers les Etats-Unis et plusieurs sociétés productrices d’énergie seraient d’ores et déjà prêtes à leur fournir les ressources nécessaires à leurs activités. Seulement, ces dernières sont généralement alimentées par des énergies fossiles. On pourra alors se questionner sur la différence de coût environnemental que ce changement va faire peser. 

Un compromis sera peut-être trouvé ce mardi 2 avril puisque le nouveau budget de la région sera présenté par le ministre des Finances. 

Ce n’est pas surprenant considérant l’hostilité du gouvernement envers les changements technologiques. Les dossiers abondent: tentative d’interdiction d’Uber et maintenant la taxation des géants du web. Couillard semble s’inspirer des poussées réglementaires de l’Union européenne, stratégie qui a pour conséquence de faire fuir les investisseurs. On l’a vu dans les premières années d’Internet : aucun joueur majeur d’Internet n’est Européen.

Jonathan Hamel, membre du comité consultatif sur l’innovation technologique de l’Autorité des Marchés Financiers

1 commentaire sur Le Quebec arrête toutes les nouvelles opérations de minage en cryptomonnaie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Données personnelles et protection sociale : les propositions peu originales de l’Institut Montaigne

Le nouveau rapport de l'Institut Montaigne lance des pistes pour réformer la protection sociale en France, notamment par l'utilisation des...

Fermer