Le RSI peut-il rester obligatoire en 2016?

Gérard Quévillon, président du RSI
Temps de lecture : 5 minutes

Cet article a été lu 7307 fois

Le Régime Social des Indépendants (RSI) peut-il rester obligatoire en 2016, alors que ses performances cataclysmiques mettent les indépendants en difficulté? La question est plus que jamais d’actualité pour tous les chefs d’entreprise soumis à ce régime absurde qui vise à imposer aux travailleurs non salariés une solidarité dont ils n’ont jamais été demandeurs.

Le RSI et le droit communautaire

Le RSI est né d’une ordonnance n°2005-1528 du 8 décembre 2005, préparée par deux ministres “libéraux”: Philippe Bas et Renaud Dutreil, qui présentent tous deux la particularité d’être conseillers d’Etat, comme les fondateurs de la Sécurité Sociale (Alexandre Parodi et Pierre Laroque). Cette ordonnance a en réalité procédé à la fusion des régimes indépendants existants, incluant de fait l’obligation d’affiliation pour toutes les personnes relevant des articles L613-1 (modifié en loi de financement de la sécurité sociale pour 2016) et L621-3 du Code de la Sécurité Sociale.

Ce principe d’obligation d’affiliation découle du droit communautaire tel qu’il est interprété en France à la suite notamment de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union, Poucet et Pistre, du 17 février 1993, qui visait précisément le cas d’un travailleur agricole non-salarié qui souhaitait échapper à l’obligation d’affiliation auprès de la Mutualité Sociale Agricole (MSA).

Cet arrêt avait conclu à une notion simple:

la notion d’ entreprise, au sens des articles 85 et 86 du traité, ne vise pas les organismes chargés de la gestion de régimes de sécurité sociale, tels que ceux décrits dans les jugements de renvoi.

Cette décision préjudicielle avait donc légitimé l’exception au principe de libre concurrence qui permet aux régimes de sécurité sociale français de ne pas appliquer la directive assurances de 1992 et d’imposer un monopole d’assurance aux affiliés.

Le RSI et l’arrêt BKK

Petit problème pour les régimes français de sécurité sociale: la jurisprudence Poucet et Pistre commence à dater, et les juges européens modifient progressivement leur vision monolithique de la protection sociale. Ainsi, avec l’arrêt BKK, qui tranche un litige (dans le cadre, là encore, d’une question préjudicielle) opposant deux caisses primaires de sécurité sociale allemande, les juges de Luxembourg concluent à un raisonnement inverse de celui de Poucet et Pistre:

la directive sur les pratiques commerciales déloyales doit être interprétée en ce sens que relève de son champ d’application personnel un organisme de droit public en charge d’une mission d’intérêt général, telle que la gestion d’un régime légal d’assurance maladie.

L’arrêt BKK pourrait donc avoir ouvert la voie à une forte inflexion dans la compréhension historique de la sécurité sociale, puisque, pour ce qui concerne les pratiques commerciales agressives, les caisses de sécurité sociale peuvent être considérées comme des entreprises.

Le RSI et le traité de l’Union

Toutefois, on ne saurait trop insister sur les limites de la comparaison entre l’arrêt Poucet et Pistre et l’arrêt BKK.

Poucet et Pistre porte sur les anciens articles 85 et 86 du traité, devenus 105 et 106 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne, dont l’objet est la concurrence et ses limites. On trouve notamment, dans l’article 106 (§2):

Les entreprises chargées de la gestion de services d’intérêt économique général ou présentant le caractère d’un monopole fiscal sont soumises aux règles des traités, notamment aux règles de concurrence, dans les limites où l’application de ces règles ne fait pas échec à l’accomplissement en droit ou en fait de la mission particulière qui leur a été impartie.

C’est sur la base de cette disposition que les juges de Luxembourg reconnaissant aux Etats le droit d’établir un monopole de sécurité sociale, considérant que, sans ce monopole, la mission de sécurité sociale échouerait (essentiellement parce qu’elle n’assurerait que le “mauvais risque” et ne pourrait plus remplir sa mission de solidarité).

L’arrêt BKK est rendu, pour sa part, en application de la directive sur les pratiques commerciales déloyales, à propos d’une situation de droit où la concurrence entre caisses primaires de sécurité sociale est légale. En l’espèce, la sécurité sociale allemande n’a pas établi, comme en France, une obligation d’affiliation auprès d’une caisse territoriale, mais laisse pendante la liberté de s’affilier auprès d’une caisse professionnelle.

Sans faire directement échec à une application de l’arrêt BKK aux caisses primaires françaises, cette nuance expose toutefois les requérants français aux risques de s’entendre répondre que des situations différentes appellent des réponses différentes.

Le RSI et la solidarité

En réalité, tout prête à penser qu’aucun recours français contre l’obligation d’affiliation au RSI n’aboutira sans une solide argumentation contre le principe qui guide l’indulgence du juge européen vis-à-vis des monopoles de sécurité sociale: la solidarité neutralise l’application du droit de la concurrence. Autrement dit, si les entrepreneurs veulent pouvoir échapper au RSI, ils doivent montrer que celui-ci n’est pas solidaire, et que, dans ces conditions, il ne peut échapper à la directive sur les assurances de 1992.

L’arrêt Poucet et Pistre a donné une intéressante définition de la solidarité telle que le traité la définit:

10 En ce qui concerne le principe de la solidarité, il y a lieu de relever que, dans le régime d’ assurance maladie et maternité, la solidarité se concrétise par le fait que ce régime est financé par des cotisations proportionnelles aux revenus de l’ activité professionnelle et pensions de retraite, seuls étant exclus du paiement de ces cotisations les titulaires d’ une pension d’ invalidité et les assurés retraités dont les ressources sont les plus modestes, alors que les prestations sont identiques pour tous les bénéficiaires. En outre, les personnes qui ne relèvent plus de ce régime conservent leurs droits aux prestations pendant un an, à titre gratuit. Cette solidarité implique une redistribution du revenu entre les plus nantis et ceux qui, en l’ absence d’ un tel régime et compte tenu de leurs moyens et conditions de santé, seraient privés de la couverture sociale nécessaire.

11 Dans le régime d’ assurance vieillesse, la solidarité s’ exprime par la circonstance que ce sont les cotisations versées par les travailleurs en activité qui permettent de financer les pensions des travailleurs retraités. Elle se traduit également par l’ octroi de droits à pension sans contrepartie de cotisations et de droits à pension non proportionnels aux cotisations versées.

12 Enfin, la solidarité se manifeste entre les différents régimes de sécurité sociale, les régimes excédentaires participant au financement des régimes qui ont des difficultés financières structurelles.

Autrement dit, pour gagner le droit à la liberté, les ressortissants du RSI doivent démontrer que leur régime ne correspond pas à la description qui vient d’être faite.

En particulier, ils doivent montrer que les cotisations auxquelles ils sont soumis ne sont pas proportionnelles à leurs revenus d’activité, et que le régime lui-même ne permet pas une “redistribution du revenu entre les plus nantis” et les autres. Ils doivent aussi prouver que la répartition entre actifs et retraités ne fonctionne pas à plein, et que les pensions ne sont pas octroyées de façon non proportionnelle aux cotisations versées. Enfin, ils doivent établir que le RSI ne fonctionne pas sur un principe de compensation entre régimes.

Le RSI et la volonté d’être solidaire

Reste que cette argumentation ne peut probablement pas tourner complètement le dos à un sujet que le traité prend mal en compte: un État peut-il adopter une législation qui force à un segment de population de tisser des liens de solidarité contre sa volonté? C’est évidemment tout le problème du RSI, dont les ressortissants ont toujours résisté à la sécurité sociale et n’ont jamais manifesté la moindre volonté d’entrer dans une logique de protection au sens habituel du terme.

Dans le cas du RSI, le cataclysme que constitue sa gestion apporte un argument supplémentaire aux critiques qui peuvent lieu être adressées sur un plan philosophique et juridique. Cette argumentation-là reste probablement à bâtir.

print

7 commentaires sur Le RSI peut-il rester obligatoire en 2016?

  1. L’argument juridique de l’arrêt Poucet et Pistre expose les principes de fonctionnement des caisses concernées pour arriver à la démonstration qu’il y a une redistribution effective des revenus entre les plus nantis et ceux qui seraient privés de la couverture sociale nécessaire. C’est une déduction. Il est parfaitement inutile de s’efforcer de démontrer que le RSI ne fonctionne pas dans le détail comme ces autres caisses. Autrement dit, si une prémisse A implique une conclusion B, démontrer le contraire de A ne sert strictement à rien car celane permet pas de conclure sur la proposition B. C’est une erreur de logique élémentaire qui peut tromper quelques tribunaux quelquefois, mais ne fera pas jurisprudence. Il faut démontrer directement ou par n’importe quel moyen que le RSI prive de couverture sociale des bénéficiaires pour qui, compte tenu de leurs moyens et de leur état de santé, elle serait nécessaire. Et pour cela, il suffit d’exhiber un nombre suffisant de contre-exemples, de victimes ruinées par les dysfonctionnements du RSI alors qu’il aurait dû être leur filet de sécurité.

    • “Il faut démontrer directement ou par n’importe quel moyen que le RSI prive de couverture sociale des bénéficiaires pour qui, compte tenu de leurs moyens et de leur état de santé, elle serait nécessaire.”

      C’est très facile; il suffit de lire le code de sécu.

      Si le L131-6 précise que les cotisations sont “assises sur le revenu d’activité non salariée”, par l’effet du D612-5 “la cotisation annuelle ne peut être calculée sur une assiette inférieure à un montant égal à 10% du plafond de la sécurité sociale.” et du D633-2 pour la partie retraite qui impose aussi une assiette minimale pour le calcul de la cotisation (“la cotisation annuelle ne peut être calculée sur une assiette inférieure à 7,70 % de la valeur du plafond…”)

      A cela s’ajoute les effets du L613-8
      ” l’assuré doit justifier d’une période minimale d’affiliation ainsi que du paiement d’un montant minimal de cotisations et être à jour de ses cotisations annuelles …”
      faute de quoi s’appliquent les dispositions du R613-28:
      “L’assuré qui n’est pas à jour de ses cotisations à la date des soins ne peut faire valoir ses droits aux prestations que dans le délai de douze mois après la date d’échéance des cotisations impayées et à condition que la totalité des cotisations dues soit acquittée…”

      Enfin, il convient de rappeler que la “solidarité” n’est qu’une valeur morale, qui n’est définie par aucune loi. Et qu’à contrario de tout ce que le RSI en dit, la seule référence qui existe est l’article 12 du préambule de la constitution du 27 octobre 1946 qui dispose:
      “La Nation proclame la solidarité et l’égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.”
      Par conséquent s’il faut faire valoir cette fameuse solidarité, cela signifie que le RSI doit être “élévé” au rang de calamité nationale, et que d’autre part, cette solidarité doit s’exercer entre TOUS les français, et donc pas seulement les indépendants.

  2. Ben ça tombe bien. Le RSI, mis à part le régime vieillesse de base, ne gère que des régimes non solidaires.

    En gros, il gère cinq régimes:
    – le régime maladie de base, qui ne bénéficie plus de la compensation inter-régimes
    – le régime complémentaire maladie, qui est un régime autonome, gère aux propres risques du RSI
    -l’action sociale qui est un régime autonome, gère aux propres risques du RSI
    – la complémentaire vieillesse qui est un régime autonome ne bénéficiant pas de la compensation
    – et enfin le régime vieillesse de base qui est le seul à profiter de la solidarité nationale…..
    Soit quatre régimes concurrentiels contre un seul pour lequel la solidarité existe, comparablement a l’Arret Poucet, les 4 autres fonctionnant selon les principes mutualistes de non sélection des risques. Aucune différence et aucun argument monopolistique a faire valoir.

  3. Le RSI est de fait un régime solidaire comme tous les autres régimes de la sécurité sociale. Laisser le libre choix sur le montant de ses cotisations pose un problème de société. Ceux qui ne paieront pas ou peu seront à la charge de la société et cela reviendra à une prise en charge collective. C’est déjà arrivé avant 1973 quand le régime des commerçants n’était pas aligné sur celui des salariés, les commerçants choisissaient les classes de cotisations les plus basses et se trouvaient avec des retraites minimums, ce qui a obligé à faire une compensation nationale. Actuellement les commerçants et les artisans ne financent que 50 % de leur retraite personnelle, le reste est financé par la solidarité, notamment pas les salariés à 30 %.

    • “Le RSI est de fait un régime solidaire comme tous les autres régimes de la sécurité sociale.“
      ben non, là vous avez tout faux.
      Il y a ce que les politiques disent pour endormir les gogos (qui gobent tout), et la réalité des textes.
      Par exemple (et ce n’est qu’un seul parmi de nombreux) la loi n°2011-1906 du 21 décembre 2011 est venue modifier l’article L134-1 CSS lequel exclut désormais l’assurance vieillesse complémentaire obligatoire et l’assurance maladie.

      Comme le dit pascal c., seul le Fond de Solidarité Vieillesse peut être qualifié de solidaire…encore que cette solidarité ne soit qu’une vue de l’esprit car par les effets du L815-13 CSS, cela s’apparente à un crédit au prix fort :
      “Les sommes servies au titre de l’allocation sont récupérées après le décès du bénéficiaire dans la limite d’un montant fixé par décret et revalorisé dans les mêmes conditions que celles prévues à l’article L. 816-2. ”

      “Laisser le libre choix sur le montant de ses cotisations pose un problème de société“.
      Quel problème?
      Si la liberté est un problème pour vous, faites vous enfermer sans attendre…Airgoulag fait des promos!

      “Ceux qui ne paieront pas ou peu seront à la charge de la société et cela reviendra à une prise en charge collective.“
      Ben oui, mais c’est déjà le cas et s’appelle la CMU, enfin depuis le 01/01/2016 ça a été rebaptisé PuMA.
      Faudrait se tenir au courant.

      “Actuellement les commerçants et les artisans ne financent que 50 % de leur retraite personnelle, le reste est financé par la solidarité, notamment pas les salariés à 30 %.“
      Affirmation gratuite, sans aucun fondement, et qui plus est totalement fausse.
      C’est techniquement, et légalement impossible puisque la compensation inter-régimes a été totalement supprimée (voir plus haut). C’est même le contraire puisque des voix se font entendre pour intégrer le RSI au régime général (donc celui des salariés) afin de récupérer ses 41M€ de résultat net.

      Bref quand on sait pas, on dit pas, et surtout pas des âneries.

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Le RSI peut-il rester obligatoire en 2016? - Jusqu'ici, tout va bien...
  2. Droit de réponse de la Direction de la Sécurité sociale à propos de l’article : Le RSI peut-il rester obligatoire en 2016 ? | Décider et entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Qui veut quitter la Sécu (et le RSI) en 2016?

"Quitter la Sécu" est devenu, assez curieusement parce que rien ne l'explique facilement, une idée de plus en plus répandue...

Fermer