Le sens caché de la candidature Peillon

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 3450 fois

Il fallait oser la candidature Peillon! L’ancien ministre de l’Education, dont son directeur de cabinet disait à l’époque que son ministre était un cerf-volant à piloter depuis le sol, sort tout droit d’un rayonnage de bibliothèque (il est professeur associé à l’université de Neuchâtel, en Suisse) où sont parti le stockait en attendant des jours meilleurs. Et patatras, le voici candidat à la primaire, face à Valls.

Un coup des aubrystes… et des Parisiens

Selon le Canard Enchaîné, ce sont les aubrystes qui ont pris l’initiative de le démarcher. L’affirmation est plausible. Mais, pour prendre corps, elle s’est appuyée sur le soutien de deux autres fédérations qui rejettent Manuel Valls.

Il s’agit de la fédération de Paris, d’abord: menée par Patrick Bloche, le député du 11è arrondissement, elle exprime bien les sentiments d’Anne Hidalgo elle-même pour le Premier Ministre, et sa préférence naturelle pour un intellectuel bobo qui veut plus de fonctionnaires pour régler les problèmes du pays.

La fédération des Bouches-du-Rhône s’est aussi empressée d’apporter ses voix à Peillon. Mennucci, député de Marseille, se répand désormais partout pour expliquer de Peillon défend la ligne traditionnelle du parti en matière économique, et qu’il constitue donc un meilleur candidat que Valls.

Avec le soutien des fédérations du Nord, de Paris et des Bouches-du-Rhône, Peillon devient subitement un candidat sérieux au PS.

Une candidature qui torpille Valls

Pour Manuel Valls, le ralliement des trois grandes fédérations du PS à un rival sorti du chapeau, un cerf-volant que ses soutiens espèrent piloter facilement, est une très mauvaise nouvelle. Le poids de Valls face à Macron et à Mélenchon n’est déjà pas évident. La rivalité avec Montebourg ne l’aidait pas. Mais l’intervention d’une candidature mièvre, certes, mais soutenue par l’appareil, complique encore un peu plus son jeu.

L’objectif de ceux qui soutiennent Peillon est clair. Non seulement, il s’agit de faire du tout sauf Valls. Mais l’enjeu consiste aussi à juguler la tentation “libérale” de l’ancien Premier Ministre, partisan des baisses de charge pour les entreprises et d’une politique de l’offre.

Le PS ne croit pas une victoire possible en mai 2017…

En avançant la candidature Peillon, les grandes fédérations du PS lancent un message simple: la victoire aux présidentielles n’est pas possible. Donc, pas besoin de se rassembler derrière Valls, puisque ce rassemblement servirait seulement à légitimer celui-ci à gauche sans sauver l’Elysée. L’appareil du PS avec ses éléphants immuables pose donc le problème de façon très simple: puisque la primaire ne sert pas à choisir un futur président de la République, choisissons le candidat qui évite le pire.

D’où les démarchages de Taubira et de Touraine, avant le démarchage de Peillon. En vain: les intéressées ont refusé.

… mais cherche à sauver ses circonscriptions en juin

Le PS a désormais un objectif de guerre extrêmement simple: perdre le moins de circonscriptions possibles en juin, dans des législatives qui s’annoncent comme une superbe débandade. Le pari qui est fait aujourd’hui consiste à soutenir que ni la ligne Valls ni la ligne Montebourg ne sont capables de colmater les brèches. Seul un retour aux positions traditionnelles du PS: le marché, l’Europe, la culture, les fonctionnaires, la dépense publique, permettra de limiter les dégâts.

Et sur cette ligne, Peillon est plausible. Il a d’ailleurs fait l’éloge de la création de postes de fonctionnaires dans sa déclaration de candidature.

2022 dans les esprits, déjà

Au-delà de cette préoccupation pragmatique, qui annonce une faible mobilisation pour la présidentielle et un effort surtout porté pour les enjeux locaux, c’est la conduite du parti jusqu’en 2022 qui se décide aujourd’hui. Hidalgo, Aubry et les Marseillais ont structurellement besoin d’affaiblir les “libéraux” pour conserver la mainmise de l’appareil à l’horizon 2022. Le choix de Peillon comme porte-drapeau le prouve, d’ailleurs. Peillon est un rêveur incapable de tenir un appareil politique.

Son éventuelle désignation comme Premier Secrétaire permettra aux clans et aux factions de reprendre le pouvoir dans la maison de la rue de Solférino.

L’étrange sociologie socialiste

On notera, en tout cas, que l’équipe Hollande est viscéralement rejetée par les socialistes des grandes villes. Parisiens et Marseillais soutiennent Peillon (avec des exceptions notables comme celle de Cambadélis, Caresche ou Le Guen à paris, de Vallaud-Belkacem à Lyon, à ce stade en tout cas). Les Lyonnais (Gérard Collomb en personne) soutiennent Macron. Les Lillois soutiennent Peillon.

Ici, c’est l’élite technocratique et économique de gauche qui décide et qui montre la voie. Et sa voie est ringarde à souhait.

print

2 commentaires sur Le sens caché de la candidature Peillon

  1. Tous des grosses merdes qui ne pensent qu à leur poche et en prendre un maximum en un minimum de temps. Un député pose le temps d un mandat et en quelques annees touche une retraite de 1400 euros. Pendant ce temps il n à pas payé d impôt sur l’ensemble de ses revenus et avantages en nature. Le francais va bosse plusieurs décennies pour toucher que dalle… et s il se trompe de quelques kilomètres sur ses trajets maison travail c’est un redressement… vite vite il faut foutre ce système en l’air

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Chasse à l’ortolan: la Commission traîne la France devant la CJUE

La Commission annonce qu'elle forme un recours contre la France pour non-respect des dispositions relatives à la chasse à l'ortolan. Voici...

Fermer