Les métiers de l’industrie sont toujours en perte de vitesse

Les métiers de l’industrie continuent de perdre des emplois. Une récente étude montre que le secteur industriel est le seul qui voit son évolution de l’emploi salarié baisser au deuxième et troisième trimestre de 2017. Certains métiers sont mieux lotis, comme l’industrie manufacturière dont le climat des affaires est à son meilleur niveau depuis 2007. Malgré tout, le secteur est en perte de vitesse.

Nous vous en parlions la semaine dernière, les métiers de l’industrie ont perdu 2,8 millions d’ouvriers et employés non qualifiés depuis une trentaine d’années. Cette fois, l’Insee rapporte l’évolution de l’emploi salarié en 2017. Et une fois de plus, l’industrie est en perte de vitesse.

L’industrie perds du poids dans le PIB français

Au troisième trimestre 2017, l’emploi salarié continue de légèrement reculer dans l’industrie comme nous pouvons le voir dans le tableau ci-dessus :  −0,1 % soit 2 800 emplois en moins. C’est le même constat pour le trimestre précédent. Et sur un an, l’emploi salarié industriel diminue de 0,5 % ce qui représente une suppression de 15 600 postes.

Sur les deuxième et troisième trimestre de cette année, la baisse d’emploi de 0,1% est à attribuer à l’industrie manufacturière. Pourtant, celle-ci retrouvait en octobre 2017 son meilleur niveau d’affaires depuis décembre 2007, s’accompagnant de l’optimisme des industriels.

Malgré tout, cette bonne tenue des affaires reste à nuancer. En effet, la place de l’industrie française dans l’économie se réduit au fil des années. Pesant 16,5% dans le PIB en France en 2000, elle ne représente plus que 12,6% en 2016. Pour l’industrie manufacturière, même constat, elle a perdu 4% de son poids dans le PIB français.

L’apprentissage, sauveur de l’industrie ?

Pour rendre plus attractif le secteur de l’industrie, les fédérations n’hésitent pas à interpeller le gouvernement pour une réforme du financement. Elles visent un objectif de 100 000 apprentis dans les cinq prochaines années. Le secteur de la métallurgie compte 41 500 alternants dont la plupart décrochent un emploi dès la fin de leur apprentissage.

La volonté des industriels de dynamiser le nombre d’apprentis est bien présente, mais la formation reste complexe. Il convient de mettre en place un système plus simple pour les employeurs et les apprentis qui viserait à uniformiser les financements et les règles entre l’apprentissage et la professionnalisation, chose que peine à faire la réforme pour le moment.

Notre dispositif de formation professionnelle ne fonctionne pas de façon satisfaisante car il sépare trop fortement la formation initiale de la formation professionnelle et continue. Dans ce contexte, le Cercle de l’Industrie et le GFI rappellent que l’apprentissage est la voie royale vers l’emploi durable des jeunes.

1 commentaire sur Les métiers de l’industrie sont toujours en perte de vitesse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
+7% de crédits pour les syndicats de 2015 à 2016

8 millions d'euros. C'est ce qu'ont touché en plus en 2016 les syndicats et organisations patronales par rapport à 2015....

Fermer