L’équithérapie :les chevaux aux chevets des pathologies lourdes

A La Carnougue (Lozère), le centre Equiphoria propose une nouvelle thérapie qui montre de bons résultats. les patients atteint de pathologies lourdes sont mis en contact avec des chevaux. Un traitement la plupart du temps remboursée, non pas par la Sécurité Sociale, mais par les mutuelles.

Et si votre médecin traitant vous prescrivait des séances d’équitations ? Cette idée un peu folle il y a encore quelques années, fait doucement son chemin chez les patients atteints de pathologies lourdes. A La Carnougue en Lozère, le centre de soins Equiphoria s’est spécialisé dans les thérapies innovantes qui mettent en scène des chevaux. Le tout avec des résultats plus qu’encourageants.

L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux

Hélène Viruega a créé l’entreprise en 2012 après un passage aux Etats-Unis où elle baigna dans ces thérapies nouvelles. Elle refuse que sa structure soit comparée à un ranch ou un centre équestre. Ici, elle propose des soins et sa démarche s’inscrit pleinement dans le domaine médical.

Sur le plan kiné, sur le plan de la rééducation et de la réadaptation, le mouvement du cheval est similaire au mouvement de la marche humaine. Cela permet aux personnes dépourvues de cette marche ou de cette autonomie de ressentir et de stimuler le système nerveux »

Hélène Viruega au micro de France 3

Ainsi, l’entreprise s’appuie sur plusieurs études qui montrent l’apport que peuvent avoir les chevaux en contact avec des personnes polyhandicapées, touchées par des troubles autistiques ou par certaines maladies rares. Euphoria compte dans ses rangs plusieurs psychologues, des kinésithérapies mais aussi des moniteurs d’équitation qui prennent chacun en charge des pathologies différentes.

Et l’entièreté du prix des soins n’est pas à la charge du patient. Ils sont prescrits par le médecin traitant et sont en partie ou intégralement remboursés par certaines mutuelles. D’après Hélène Viruega, « 60% des patients sont remboursés intégralement. Les mutuelles remboursent les protocoles de soins de 100 à 80%. »

Le cheval est capable de stimuler le corps et le cerveau avec un rythme adapté et il a une hypersensibilité qui lui permet de détecter des ressentis.

Hélène Viruega

Actuellement, il n’existe donc qu’un centre. Mais madame Viruega aspire a développer sa structure et étendre le dispositif en France. La Normandie et l’Île-de-France pourraient prochainement voir deux nouveaux centres sortir de terre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Emeutes à Paris : une répression qui coûte cher

Pour évoquer les scènes de violences qui ont émaillés le mouvement des Gilets Jaunes à Paris le 1er décembre, on...

Fermer