Le manque d’investissement dans les infrastructures routières pose problème aux collectivités

L'Union routière de France (URF) a publié un rapport sur la question du financement des routes par le biais d'Yves Crozet président du Think Tank, le laboratoire d'idées de l'UNR.

Yves Crozet, économiste et président du Think Tank de l'URF a réalisé un rapport sur le financement des infrastructures routières pour contribuer aux débats des Assises nationales de la mobilité, qui se déroulent jusqu'à fin décembre. L'annonce d'un projet de loi d'orientation des mobilités début 2018. Le rapport met en évidence les contraintes auxquelles le réseau routier doit faire face. 

15 milliards d'euros de dépenses pour 37 milliards de recettes

Le financement des infrastructures routières se heurte à la rareté grandissante des fonds publics. Le problème qui est découle est que l'Etat et les collectivités territoriales ont moins de marge de manoeuvre. Pourtant, ce sont eux qui financent la majorité de l'entretien et de la maintenance du réseau routier. Les dépenses de fonctionnement et d'investissement routiers étaient de 15 milliards d'euros en 2015. Et si la route engendre des coûts importants pour la collectivité, Yves Crozet rappelle qu'elle rapporte des recettes tout aussi importantes pour les finances publiques, à raison de 37 milliards d'euros en 2015. Les deux-tiers proviennent de la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques).

Le sous-financement est un problème majeur pour l'entretien des routes

Des déséquilibres s'observent dans le financement de la route. Le plus inquiétant réside dans le fait que les collectivités territoriales assurent l'entretien de 99% du réseau qui accueille 66% du trafic. Pourtant, elles n'ont pratiquement pas de recettes affectées pour assurer ce service. Le sous-financement reste donc un problème majeur. Rappelons qu'en France, le réseau routier représente plus d'un million de kilomètres, et assure plus de 80 % des mobilités (voyageurs et marchandises). Leur entretien est donc essentiel pour la sécurité des utilisateurs.

6,37 milliards ont été
transféré aux régions pour les aides aux entreprises, 5,4 milliards aux départements pour le RSA [...]. Ces transferts vont progresser puisqu’en 2016 le gouvernement a promis aux nouvelles régions une nouvelle part de TICPE. Cette dernière devient donc de plus en plus une sorte de « poule aux
œufs d’or » fiscale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Les trésoreries des entreprises se dégradent en France

La trésorerie globale des entreprises françaises se dégrade. C'est ce que constatent la majorité des trésoriers interrogés par Coe-Rexecode, le...

Fermer