Les saveurs renversantes du Yeonga, à Angoulême

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 1173 fois

Angoulême n’est pas forcément la destination gastronomique la plus attendue. Et, d’ailleurs, si vous vous hissez dans la magnifique vieille ville, tout en haut du piton rocheux, il vous faut absolument oser une adresse hors des sentiers, qui constituera votre rencontre culinaire de l’année: il s’agit d’une petite enseigne coréenne sans prétention où le chef (lui-même jeune coréen) fait des merveilles sans égales.

Ne manquez surtout pas les racines de lotus

Dès l’entrée, votre palais va adorer. Le chef concocte des produits maison aux nuances stylistiques que vous n’aviez jamais imaginées jusqu’ici. Les racines de lotus légèrement craquantes sous la dent ont une consistance suffisamment fondante pour vous donner le sentiment d’un confit. La salade d’algues vous ouvre des portes inattendues, plus terre que mer, avec une consistance à la fois, là encore, craquante et onctueuse. L’assaisonnement est parfait.

L’art du bibimbap sous toutes ses formes

Côté plats de résistance, les traditions coréennes ne nuisent nullement à la richesse chromatique. Le chef propose notamment de l’anguille, ou du canard, présentés de façon orthodoxe. Mais l’art du bibimbap, le plat classique en Corée, ravira les plus sceptiques. Proposés en bol ou en pierre chaude, ces plats “historiques” ne font pas de chichi. Mais la richesse gustative n’a rien à envier aux entrées.

Ici, le chef a cuisiné maison. Il a fait son marché, et préparé soigneusement tous ses accompagnements. Le résultat est irréprochable.

Glaces maison et tradition Gin-Seng

Le final ne manquera pas de faire quelques heureux. Entre les crêpes fourrées au haricots rouges (un délice pour les puristes) et les glaces ou sorbets maison, dont les glaces au sésame, l’amateur de saveurs exotiques, mais raisonnables n’a que l’embarras du choix. Il peut même agrémenter son expérience d’une boisson traditionnelle au Gin-seng, enrichie de sa racine d’origine.

On encouragera donc très volontiers ce jeune chef prometteur qui régale le palais.

Yeonga, 14 rue des Trois Notre-Dame, Angoulême

Compter 40 euros par personne, vin compris.

Ouvert midi et soir, sauf le dimanche

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Quelle classe sociale porte la révolution libérale conservatrice en France?

Comme le disait ce bon vieux Marx, nulle action politique sans une classe sociale pour la porter. Si l'on veut...

Fermer