Levothyrox : 10 000€ d’indemnités sont réclamés pour chaque patient

Alors qu’une action collective a été lancée contre le laboratoire Merck qui commercialise le Levothyrox, déjà plus de 500 assignations ont été transmis à la justice. Pas moins de
8 000 inscrits font partie de cette action. Le procès débutera le 1er octobre 2018 au tribunal d’instance de Lyon.

Une première séance technique a eu lieu, aujourd’hui au tribunal d’instance de Lyon, pour fixer le calendrier de l’affaire du Levothyrox dont 500 dossiers sont déjà entre les mains de la justice. Finalement, le procès aura lieu le 1er octobre 2018. 

10 000€ d’indemnités pour chaque plaigant

Si le procès se déroulera à Lyon, c’est parce qu’on y trouve le siège français du groupe allemand Merck. C’est donc là que l’avocat des plaignants, Me Christophe Lèguevaques, a assigné le groupe le 24 octobre dernier en déposant 108 premiers dossiers de l’action collective. Cette action a été lancée sur la plateforme dédiée MySmartCab afin d’obtenir une indemnisation rapide pour les malades. Ils sont victimes, selon eux, d’effets indésirables de la nouvelle formule du Levotyhorox. De nombreux autres dossiers devraient être transmis à la justice puisque la date limite de dépôt, initialement fixée au 1er décembre, a été repoussée au 15 février. L’avocat constate déjà que 2 000 autres dossiers sont en passe d’être transmis.

A ce titre, l’avocat a dévoilé les sanctions fincancières qu’il réclame. Pour chaque plaignant, une indemnité forfaitaire de 10 000€ pour la réparation des préjudices moraux est demandée, dont 5 000€ pour le défaut d’information et 5 000€ pour le préjudice d’angoisse. 

Cinq alternatives au Levothyrox disponibles

Rappelons que la nouvelle formule du Levothyrox au coeur des polémiques a été mise sur le marché fin mars à la demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Suite aux plaintes, la ministre de la Santé avait annoncé le rétablissement de l’ancienne formule à compter d’octobre 2017. Mais le laboratoire a récemment déclaré qu’il ne la distribuerait plus après mars 2018.

Depuis la première semaine de décembre, un nouveau médicament (Thyrofix) est disponible dans les pharmacies, portant au nombre de cinq les alternatives possibles au Levothyrox.

« Aujourd’hui plus de 500 assignations ont été déposées au tribunal et 2 000 autres sont en attente de l’être »

Me Lèguevaques, avocat des plaignants

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Malgré sa condamnation, Sanofi continue d’investir dans ses sites de production

Sanofi a décidé d'investir sur son site de production de Compiègne en modernisant ses équipements. Des embauches ont également été...

Fermer