L’hébergement privé lucratif des personnes âgées dépendantes est-il encore viable?

Une étude de la DREES confirme l’existence de sous-effectifs dans les établissements d’accueil médicalisé pour personnes âgées à but lucratif. Paradoxalement, les établissements hospitaliers paraissent beaucoup mieux dotés et beaucoup moins bureaucratiques. 

Il y a quelques semaines, une longue grève dans la maison d’accueil pour personnes âgées dépendantes de Foucherans, dans le Jura, avait agité l’actualité. Le personnel se plaignait d’un manque d’effectifs dans cet établissement privé lucratif financé grâce à des investissements défiscalisés dont le propriétaire, la SGMR, s’est fait un métier. Une étude de la DREES vient de confirmer une situation alarmante dans l’hébergement lucratif des personnes âgées dépendants. 

Les personnes âgées dépendantes en mal d’encadrement

La lecture du rapport de la DREES sur ce secteur en expansion certaine (le volume d’hébergements pour personnes âgées dépendantes a explosé sur les dix dernières années) éclaire avec cruauté le conflit des Opalines. Les tableaux reproduits ci-contre soulignent en effet les disparités de politique en matière d’effectifs entre le service public et les sociétés de gestion qui proposent de rentabiliser son épargne grâce à l’hébergement des personnes âgées. Les établissements hospitaliers disposent en effet de 25% de personnels en plus en moyenne. Ainsi, le taux d’encadrement, c’est-à-dire le rapport entre le personnel et les pensionnaires, est de 68% dans le public, alors qu’il est seulement de 55% dans le privé lucratif. 

Si l’on examine la répartition des personnels présents, la situation est encore plus préoccupante. Le personnel soignant ou paramédical ne représente que 41% du personnel dans le secteur lucratif alors qu’il représente 55% des effectifs dans le public hospitalier. 

Ces différences posent évidemment la question de la qualité de la prise en charge dans le privé lucratif, où la rentabilité pèse sur l’allocation des moyens humains. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Médecins libéraux : les revenus des spécialistes explosent

Une étude de la DREES sur les médecins libéraux a dévoilé des revenus beaucoup plus élevés pour les spécialistes que...

Fermer