Mais pourquoi l’hôpital public coûte-t-il plus cher que les cliniques privées?

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 9070 fois

Oui, l’hôpital public coûte plus cher que les cliniques privées! La chambre régionale des comptes de Bretagne vient d’en apporter une très belle démonstration dans son rapport sur l’Hôpital de Centre Bretagne.

L’ouverture du nouvel hôpital

En 2012, le CHCB a pu déménager dans ses nouveaux locaux situés sur la commune de Noyal-Pontivy, sur le site de Kério.

Le projet était ambitieux sur le plan architectural et s’est révélé relativement coûteux au regard d’opérations comparables et des capacités financières de l’établissement.

Le CHCB, qui développe, à Kério, 41 800 m² de surface dans œuvre (SDO) pour un investissement final de 105 millions d’euros TDC (toutes dépenses confondues), a ainsi présenté des coûts de travaux de 1 850 € HT par m² de SDO et un coût complet de 2 550 € HT par m² de SDO.

Le coût des travaux à la polyclinique voisine (polyclinique de Kério, PDK), ouverte concomitamment, s’est élevé à 1 700 € HT par m². Le nouvel hôpital privé des Côtes-d’Armor, implanté à Plérin et qui a rouvert en 2016, développe 27 600 m² pour environ 300 lits et un coût complet de construction de 60 millions d’euros, soit 2 174 € par m².

Selon l’Observatoire des surfaces et des coûts immobiliers en établissements de santé (OSCIMES) de l’ANAP, les données comparatives disponibles sont les suivantes :

En travaux, le coût est équivalent à la donnée de l’OSCIMES postérieure de 2 ans, comparable au regard de l’évolution des indices du bâtiment, et se situe au-delà du 9e décile de la donnée antérieure de 2 ans.

L’ambition architecturale peut être mesurée en nombre de m² par lit. L’hôpital public Nord Franche-Comté, en cours de construction en 2016, comprendra une surface de 73 000 m² mais pour 654 lits, ainsi qu’un pôle logistique d’environ 15 000 m². Cela représente 112 m² par lit MCO, contre 92 pour l’hôpital privé de Plérin et 116 pour le CHCB.

Selon l’OSCIMES 2011, sur les 51 opérations étudiées, la SDO par lit et place était de 57 m² en valeur médiane, avec des valeurs respectives des 1er et 9e déciles de 48 et 74.

Autrement dit, les coûts de construction de l’hôpital public de Bretagne sont en moyenne supérieurs de 25% à ceux des cliniques privées.

L’insolvabilité de l’hôpital de Bretagne centre, du fait de ses coûts de construction

On notera avec intérêt la synthèse du rapport:

La situation financière de l’établissement s’est essentiellement dégradée sous l’effet de la construction d’un nouvel hôpital. Les ressources dégagées par l’activité ne sont pas négligeables et progressent, les aides publiques reçues sont conséquentes mais l’effort à consentir est trop important pour les possibilités de l’hôpital en matière d’activité. Celles-ci n’ont pas été véritablement améliorées suite à l’ouverture du nouvel hôpital, qui continue de pâtir des difficultés de recrutement médical et de la concurrence de la polyclinique en chirurgie.

L’endettement est très élevé, il obère la capacité de renouvellement des immobilisations sur une longue période. L’établissement n’a quasiment plus d’indépendance financière.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La terrible carte du chômage régional en Europe

Eurostat a publié la carte du chômage régional en Europe. Pour la France, le constat est sans appel... La France...

Fermer