L’intelligence artificielle, remède à l’engorgement des urgences ?

Au Royaume-Uni, l’entreprise Babylon développe un logiciel qui présente des résultats au moins aussi bons qu’un généraliste quand il est question de poser un diagnostic. Des solutions sont aussi développées pour désengorger les centres médicaux du pays. Mais ces outils ulcèrent les praticiens britanniques. La guerre homme contre machine est-elle lancée ?

Le métier de généraliste est-il menacé ? Les médecins n’auront-ils plus jamais à poser de diagnostic ? Cette question qui paraît actuellement pour le moins incongrue, pourrait néanmoins rapidement se poser. 

Au Royaume-Uni, l’entreprise Babylon, spécialisée dans l’intelligence artificielle et les nouvelles technologies, travaille sur un logiciel médical qui pourrait poser de meilleurs diagnostics que les médecins humains. En somme, ce logiciel intégré dans une application mobile permet de recueillir les symptômes renseignés par les patients et de lui fournir un résultat par SMS.

Des scores supérieurs aux étudiants en médecines qui interpellent les syndicats

Pour prouver l’efficacité de son nouveau dispositif, Babylon a soumis son logiciel à un ensemble de questions habituellement destiné aux étudiants en médecine du pays. Et les résultats ont largement dépassé les attentes. Le logiciel a fait un score de 81% quand la moyenne nationale est de 72% sur ces cinq dernières années !

Pour Ali Parsa, fondateur de l’entreprise, il s’agit d’un « résultat historique. Avec cette innovation, l’humanité fait un pas important vers un monde où personne ne se verra refuser des conseils de santé sûrs et précis. »

Mais ces avancées ne sont pas du goût de tout le monde outre-Manche. Le Royal College of General Practitioners (RCGP), l’organisme professionnel représentant les médecins généralistes au Royaume-Uni, explique les résultats sont biaisés que le logiciel « sélectionne » les patients et « laisse les services de médecine générale traiter les cas les plus complexes. » 

Aucune application, aucun algorithme ne pourra jamais faire ce que fait un médecin généraliste.  Les machines sont des machines, les médecins sont des professionnels hautement formés et entraînés. Les deux ne peuvent être comparés, une machine peut assister un médecin mais ne pourra jamais le remplacer.

Martin Marshall, vice-président du Royal College of General Practitioners

Le médecin contre la machine, un scénario à la Terminator ?

Et le RCGP de surenchérir en affirmant que l’application de Babylon remet en question la place de l’humain dans la médecine. « La manière dont cette application est utilisée risque de discréditer et de miner les services de médecine générale traditionnels. »

Mobasher Butt, directeur médical de Babylon, a répondu aux accusations du RCGP en affirmant qu’il soutient un « statu quo démodé » au profit d’un petit nombre de généralistes. Néanmoins, on comprend bien la crainte des généralistes de se voir remplacer par des machines plus performantes. 

Surtout lorsque l’on comprend que l’application développée par Babylon va permettre de réduire les frais de santé en rendant les diagnostics plus abordables, mais possiblement aussi, de désengorger les centres médicaux britanniques. 

Pour autant, l’étude américaine publiée en 2015 par le British Medical Journal établissait que les logiciels et les applications d’aide à l’autodiagnostic étaient peu fiables. 23 outils avaient été testés sir 770 patients. Le bon diagnostic n’avait été donné que dans 34% des cas. Ce taux montait à 58% quand le logiciel avait à choisir parmi une liste de 28 diagnostics possibles.

L’humain pourra-t-il encore rivaliser longtemps avec la machine ? Difficile de répondre. De par sa capacité à éprouver de l’empathie, de l’écoute, il serait plus à même de diagnostiquer les variables auxquelles un patient est assujetti. Par contre, la machine analysera plus vite et mieux les données et faits subits par le patient. 

Bientôt, la télémédecine va se généraliser en France. Doit-on craindre l’arrivée d’une télémédecine gérée par un robot ? Et est-ce vraiment la solution à la saturation du système de santé français ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Maladie de Lyme… Scandale sanitaire ? 2° partie

La maladie de Lyme… Tiques à toutes heures ! La maladie de Lyme est une maladie grave, qui peut invalider la...

Fermer