L’OCDE enfonce le clou sur la pression fiscale en France

L’OCDE vient de publier ses statistiques annuelles sur la fiscalité dans ses États-Membres. Cette publication illustre fort à propos le ras-le-bol fiscal des Français et montre une fois de plus que la France bat des records dans le monde industrialisé. 

La pression fiscale en France est désormais la plus élevée du monde industrialisée par rapport au PIB national. Ces chiffres au demeurant récemment corroborés par Eurostat donnent une vision éclairante de plus sur le malaise qui s’est emparé des Français cette année. 

La sécurité sociale au coeur de la pression fiscale

On notera que la France bat, sur tous ces sujets, deux records très particuliers. Le premier porte sur la fiscalité du patrimoine, plus élevée en France que dans les pays anglo-saxons. Mais surtout, et c’est sans surprise, ce sont les cotisations de sécurité sociale qui, et de loin, sont les plus lourdes du monde industrialisé. 

Ces cotisations atteignent désormais 16,8% du PIB, soit 2,6 points de plus que l’Allemagne. Encore l’étude oublie-t-elle de préciser que l’essentiel de ces cotisations est porté par les employeurs et non par les salariés ou les assurés.

On voit mal comment, dans les mois à venir, le poids des cotisations sociales dans la pression fiscale ne pourrait pas être débattu. 

1 commentaire sur L’OCDE enfonce le clou sur la pression fiscale en France

  1. Il-y-a 15 ans, Ch.Gave sortait « Des lions menés par des ânes » et la france est l’archétype de ce qu’il y décrit.

    Dans les pays qui ont radicalement corrigé le tir en réduisant drastiquement la surface de l’état au profit de la libération des énergies, le flottement n’a pas duré 3 ans, puis les recettes ont été au rendez-vous (Ô combien !)

    Malheureusement, c’est quelque chose qui n’a plus aucune chance d’arriver ici, car il est trop tard – d’abord parce que la poncktion publique, sa corruption et son appétence pour le capitalisme de connivence se sont infiltrées, tel le sable dans l’engrenage, dans tous les rouages de la société, ensuite parce qu’à force d’être décérébrés par l’ednat et désinformés par les propagateurs officiels de fake news et autres mensonges par omission, les gens n’ont plus ni bon sens, ni sens des réalités (témoin : les GJ qui demandent le rétablissement de l’ISF, qui fait fuir le capital, donc les actionnaires, donc le financement des entreprises, donc… leurs emplois In Fine – normal, car vu l’illetrisme qui sévit ici, ils confondent égalité et égalitarisme, et ça n’est certainement pas l’économie marxiste qui est « enseignée » ici qui pourrait aider.)

    Et c’est fort dommageable, car entre leurs idées intéressantes (et donc, forcément disruptives, au sens schumpeterien de la chose) et leurs analyses souvent sensées du marché et de ses manques, les français auraient de quoi relever la tête et peut-être même recommencer à briller au niveau international.
    Il suffit de regarder ce qu’un environnement normal donne chez nos cousins Suisses, 8M d’habitants, soit 8.25x moins d’habitants que la france, mais c’est le pays qui prend la 8ème place des déposants de brevets dans le monde (https://www.wipo.int/export/sites/www/ipstats/en/docs/infographic_pct_2017.pdf – page 1), si la france avait le même dynamisme, elle déposerait 37,050 brevets chaque année au lieu de ses pâles 8,012, une paille.

    Mais bon, la question restera à jamais académique, parce que la débilité profonde des zélites françaises, qui nous a déjà conduite au bord du gouffre, ne va pas tarder à nous faire faire un grand pas en avant – et ce jour-là, vu que les globalistes ne peuvent pas piffrer l’esprit Gaulois, le dépeçage de la grèce fera figure de promenade de santé à côté de celui qui sévira ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
« Gilets jaunes » : les soutiens syndicaux se précisent

Alors qu'au grand dam de l'exécutif, ses annonces relatives à la fiscalité écologique n'ont ni calmé la colère citoyenne ni...

Fermer