L’OCDE se remet à espérer une croissance française solide

L'OCDE vient de publier une note indiquant que la croissance française est moins mauvaise que prévu. L'analyse souligne  que si la croissance est bien de retour en France, elle reste inférieure à la moyenne européenne.

Le document de l'OCDE paraît moins pessimiste que les précédents et admet que la croissance française a une chance de rester solide sur les années à venir. Plusieurs conditions sont toutefois posées.

 

La croissance française soumise à de nouvelles économies

L'OCDE rappelle que la croissance française devrait permettre de passer sous la barre du déficit budgétaire de 3% du PIB. Toutefois, les années à venir devront proposer de nouvelles mesures afin de soutenir ce mouvement d'optimisme.

Ainsi, il est bien précisé que la France devra nécessairement réduire encore ses dépenses publiques. Des exemples radicaux sont donnés : réduction du millefeuille territorial, non remplacement de chaque fonctionnaire, relèvement de la retraite, incitation à l'emploi des seniors. Oui, l'OCDE propose de ne plus du tout remplacer les fonctionnaires. Cela tranche avec la politique habituelle de "non remplacement d'un fonctionnaire sur deux".

 

Des fragilités potentielles de l'économie du secteur privé

Un point particulier inquiète l'OCDE : c'est le niveau d'endettement du secteur privé en France. Il s'élevait à 70% du PIB en 2016 quand la moyenne de la zone euro était de 63,5%.

Si les taux d'intérêt remontent plus rapidement que prévu, les entreprises françaises seraient fortement fragilisées.

Du côté des exportations, l'OCDE indique que des efforts doivent aussi être fournis par la France pour accroître le nombre de secteurs concernés.

La croissance française n'est donc pas tirée d'affaire et nos voisins européens surveillent avec attention les réformes adoptées et mises en œuvre.

La Commission européenne [...] estime que le projet français comporte un risque de non-conformité avec les règles du volet "préventif" du Pacte de stabilité, mais qu'elle devrait en 2018 sortir de la procédure pour déficit excessif ouverte depuis 2009.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Notre-Dame-des-Landes: les zadistes et les écologistes sont-ils des nostalgiques de Vichy?

L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes devrait revenir dans l'actualité ces jours-ci avec la remise du rapport conclusif sur la solution à suivre...

Fermer