Fake News : une députée LREM encore dépassée à l’Assemblée

La députée LREM Amélie de Motchalin s'est perdue dans le jeu des fake news.

Les députés de La République en Marche auraient probablement besoin d’une formation « prise de recul ». Alertée par l’annonce d’Eric Woerth qui proposait une formation économique aux nouveaux arrivants à l’Assemblée, la députée Amélie de Montchalin est allée un peu vite en besogne. 

On appelle ça la loi des séries. Depuis l’entrée à l’Assemblée des députés LREM, l’opposition ne cesse de rappeler leur amateurisme. Et malheureusement, la gaffe d’Amélie de Montchalin ne fera que donner de l’eau au moulin de ses détracteurs.

Faut-il tourner ses pouces sept fois avant de tweeter ?

Depuis le début, l’Assemblée dispense des formations (ou remises à niveau pour certains et certaines), sur des sujets très variés. Le 12 septembre, Gérard Collomb se muait en professeur pour préparer les 313 nouveaux députés, aux débats sur l’anti-terrorisme. 

Ce 19 septembre, FranceInfo annonçait que les 72 membres de la Commission des Finances auront eux-aussi une formation. Et c’est Eric Woerth, ancien ministre du budget sous Nicolas Sarkozy, qui sera sur l’estrade. Il n’en faut pas plus à Amélie Montchalin pour se lâcher sur les réseaux sociaux. 

Ôde a la fake news

Sauf que l’information est fausse. Comme le révèle le Huffington Post, tout vient d’une confusion dans la chronique de FranceInfo. Eric Woerth ne dispense pas la formation, il est seulement chargé de la proposer. 

« Dans ce cours magistral de trois heures, ce sont les fonctionnaires de l’Assemblée qui rappellent les règles en vigueur au sein de la Commission et notamment comment écrire un amendement » explique le Huffington Post. 

Depuis, Amélie de Montchalin a retweeté la news mais aucun communiqué ou excuse n’a fait son apparition. Et puis, rappelons que même une mauvaise publicité reste une publicité quand même…

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Quand Collomb s'embrouille dans les lois de la République - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
forfait
Le déficit structurel, ce cancer français que le docteur Macron ne guérira pas

Le déficit structurel est un mal français: il consiste à dépenser plus d'argent public que les recettes habituelles ne peuvent...

Fermer