Loi Travail : la FNTR sourit, les routiers grondent

Jean-Christophe Pic, Président de la Fédération nationale des Transports Routiers (FNTR)

Le président Emmanuel Macron a fait face ce mardi 12 septembre, à la première grande mobilisation sociale de son mandat. Pour cette journée, la CGT a d’ores et déjà recensé plus de 180 manifestations dans les rues et 4 000 appels à la grève contre les ordonnances censées réformer le droit du travail. 

« Réforme du code du travail : enfin ! », c’est en ces termes que la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) présente les cinq ordonnances qui vont redéfinir le droit du travail. 

Paradoxale quand au même moment, la gronde s’organise sur les routes. Les fédérations CGT et FO des transports appellaient à s’opposer « par la grève et dans les manifestations au démantèlement du code du travail ». Si des coupures d’axes routiers n’étaient pas l’ordre du jour, des opérations escargots et de barrages filtrants aux péages autoroutiers ont eu lieu. 

Une grève qui pourrait se répandre à d’autres secteurs !

"Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes."
forfait
Emmanuel Macron
Président de la République

C’est le scénario catastrophe qui pourrait avoir lieu puisque les transporteurs routiers n’étaient pas les seuls concernés par l’appel à la grève. Chez Air France, la CGT, FO et SUD avaient eux aussi déposé plusieurs préavis de grève pour le 12 septembre mais aucune estimation n’a été donnée. 

La CGT a appellé le secteur pétrolier à stopper toute activité. 

FO Chimie a rejoint la bataille. Pareil dans l’énergie où FO et la CGT ont déposés leurs préavis. Enfin, les industries électriques et gazières devraient être « directement impactées » par la décision de l’alliance Unsa – CFE – CGC. 

Les villes de Paris, Marseille, Lyon, Toulouse et Nantes ont été principalement touchées. Mais c’est tout le territoire qui tournait au ralenti. Pour l’instant, le risque de pénurie n’a pas été évoqué. 

La CGT a lancé un second appel à la grève le 21 septembre

 

"Pas une goutte de produit pétrolier ne doit sortir de nos raffineries, de nos dépôts ! "
FNIC - CGT appelle à la grève dans les raffineries
FNIC - CGT

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
L’astreinte pourrait devenir du temps de travail : encore un risque pour les entreprises

La Cour de Justice de l'Union Européenne se prononcera prochainement sur la notion de temps d'astreinte. En attendant, c'est l'avocat...

Fermer