Loi travail: la gauche de la gauche, meilleure alliée du grand capital

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 1155 fois

La loi Travail a reçu son baptême officiel du feu aujourd’hui en Conseil des Ministres. Immédiatement, le rapporteur du texte, Christophe Sirugue, interviewé en son temps dans nos colonnes, a apporté une précision:

“Si je n’avais pas eu l’assurance qu’il y a une possibilité de faire bouger le texte pendant le débat parlementaire, je n’en serais pas le rapporteur”, a-t-il dit à Reuters. “Mais l’objet n’est pas de détricoter le texte.”

Il est donc confirmé que le débat parlementaire portera des atteintes profondes au texte dans sa version déjà réécrite par le gouvernement. Tout le monde a ici en tête l’intervention des frondeurs, conduits par Christian Paul, député socialiste qui porte des jugements d’autant plus péremptoires sur l’application du droit du travail qu’il n’a jamais mis les pieds dans une entreprise (en tant que productif, en tout cas). Ceux-ci ont produit une sorte de contre-loi avec les syndicats contestataires qui devrait donner lieu au pire.

Une guerre d’amendements est donc à prévoir. Celle-ci sera d’autant plus serrée que la droite a annoncé son intention de ne pas voter le texte. Manuel Valls aura donc besoin de l’appui de sa majorité pour faire adopter sa réforme.

A priori, et comme l’a déjà dit la CGPME, les grandes perdantes de la réécriture du texte seront les PME et les TPE, qui ne pourront déroger à la loi faute d’institutions représentatives du personnel. La loi devrait en effet privilégier les dérogations par accord majoritaire, ce qui est impossible dans une entreprise sans IRP.

Dans ce contexte, le résultat de la loi El-Khomri devrait consister à soulager les grandes entreprises du poids de normes trop contraignantes auxquelles les PME et les TPE continueront d’être soumises. C’est pourtant, au regard de la croissance économique, le contraire qu’il faut faire.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes: l’action des frondeurs devrait servir le grand capital et pénaliser les petits entrepreneurs. Au nom de la solidarité et de la protection des salariés, bien entendu.

print

3 commentaires sur Loi travail: la gauche de la gauche, meilleure alliée du grand capital

  1. Pourquoi les commentaires aux articles précédents du mois de mars concernant la loi travail ont ils disparu ?
    Est – ce par ce qu ‘ils ont été republiés au 30 mars sans changement ( et sans les commentaires associés) ?

    • Bonjour Madame,

      Le nom “ANGOT” apparaîtra sur le commentaire si celui-ci est approuvé.
      Tant que nous ne l’aurons pas approuvé de notre côté, il n’apparaîtra pas.

      Si vous désirez changer de nom et mettre une surnom, vous devriez pouvoir le faire dans les paramètres de votre compte.

      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Loi Travail: si jeune et déjà pleine de mythes

La loi Travail est à peine présentée au Conseil des Ministres, et déjà elle s’est inscrite dans le paysage politique...

Fermer