Macromania: les esclaves consentants, par François Baudillon

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 3120 fois

Article paru sur AmbiPolis.fr

Rien n’arrêtera la nouvelle vague de la macromania. Ni l’agression au marteau d’un policier, ni les prochains attentats. Encore moins Trump et Poutine. Certainement plus les syndicalistes. Et même pas la lecture du dernier livre de Michel Onfray qui pourtant devrait les faire réfléchir sur les manipulations et manœuvres politiciennes que recouvrent ces prétendues nouvelles pratiques.

La macromania et ses revanches tardives

Jean-Loup Arnaud vous rendra compte des carnets de campagne de Michel Onfray sous le titre La Cour des miracles (Éditions de l’Observatoire), ainsi que du débat entre Gaspar Koenig (le libéral) et Michel Onfray (le libertaire) dans Le Point du 1er juin.
Les Français veulent donner sa chance à Emmanuel Macron, donc à l’Union européenne, au grand capital et à la finance internationale, alors qu’ils ne font confiance ni à la commission de l’Union européenne, ni au grand capital et à la finance internationale. Mais pour de bonnes raisons ils font encore moins confiance à Marine Le Pen et au FN. C’est ce que le grand capital et la finance internationale ont bien compris d’abord en déstabilisant François Fillon, en profitant du suicide du PS, en évitant les excès du programme de La France insoumise, en utilisant enfin le rejet du Front national comme un moyen «structurel» et imparable d’imposer Emmanuel Macron. Un tour de passe-passe.
Les Français et les médias (donc les sondages) sont convaincus qu’il faut, selon la logique de la Vème République, donner une large majorité présidentielle à Emmanuel Macron. Selon la célèbre réplique de Sacha Guitry, ils auront leur revanche. Mais une revanche bien tardive, quand il sera trop tard. C’est le problème des esclaves consentants.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Quelles dynamiques pour les élections législatives ? par Pierre Bréchon

Article paru sur The Conversation Le sens des élections législatives a évolué au fil du temps. Jusqu’en 1962, elles constituaient...

Fermer