Macron: “il faut savoir faire toute sa place” à la pluralité de l’Islam

Emmanuel Macron a rompu le jeûne au dîner du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM). À cette occasion, il a prononcé un discours assez curieux, à rebours de la logique concordataire qui a permis, en son temps, de préparer le terrain de la laïcité en fixant les limites des cultes.  

Le discours d'Emmanuel Macron devant les responsables musulmans de France mérite d'être lu attentivement. Relativement long, il appelle forcément à lutter contre le fanatisme. Ce passage obligé intéressera les exégètes, dans la mesure où il donne lieu à des formulations qui s'exposent à des interprétations multiples. Par exemple, cette phrase:

Il vous appartient vous acteurs du culte de combattre pied à pied sur le terrain théologique et religieux, de démasquer chaque fois que nécessaire l’usurpation de vos valeurs, la captation de l’histoire de votre religion, la négation de 15 siècles de travail, d’interprétation réalisé par vos savants.

Personne n'est véritablement sûr que ce qu'on appelle le salafisme, base religieuse du jihadisme, soit contraire à "15 siècles de travail" exégétiques. Les mauvaises langues diront même qu'à de nombreux égards le salafisme est un retour à la tradition de l'Islam. Mais il est surtout surprenant d'entendre le Président de la République enjoindre à des responsables religieux de déjouer une vision politique de l'Islam qui menace la République. 

On pensait que cette prérogative était d'abord celle de la République elle-même, et ne pouvait être déléguée à des tiers. 

Surtout, Emmanuel Macron a posé l'étrange principe selon lequel il existait une pluralité dans l'Islam, dont le CFCM n'était qu'une composante. Le Président a insisté pour que la polyphonie de l'Islam (y compris le salafisme) ait toute sa place, de droit, dans l'expression publique. 

Vraiment déroutant. 

Emmanuel Macron

Je suis conscient que vous ne portez pas la voix unique de l’islam en France. Parce que votre religion, toute unique qu’elle soit, s’exprime dans une pluralité et une polyphonie à laquelle il faut savoir faire toute sa place. Mais vous êtes bel et bien une voix à l’importance toute particulière, celle des acteurs quotidiens du culte, dont l’engagement, souvent bénévole, permet à chaque fidèle de pouvoir librement vivre et exprimer sa foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
La Cour des Comptes regrette que Bercy maltraite les entreprises

Bercy a-t-il du mépris pour les entreprises? C'est ce qui transparaît en filigrane d'un référé de la Cour des Comptes...

Fermer