Maladie de Lyme… Scandale sanitaire ? 1ère partie

La maladie de Lyme… Tiques à toutes heures ! La maladie de Lyme est une maladie grave, qui peut invalider la vie d’un malade qui s’ignore ! 

C’est une maladie infectieuse due à une bactérie transmise par l’intermédiaire d’une piqûre de tique infectée. Elle peut toucher plusieurs organes et systèmes, la peau mais aussi les articulations et le système nerveux. Non traitée, elle évolue sur plusieurs années ou décennies. Le traitement repose alors sur la prise d’antibiotiques qui seront d’autant plus efficaces qu’ils seront administrés rapidement.

Souvent nos praticiens sont mal ou peu formés pour la reconnaître. Les patients passent alors de médecin en médecin, soumis à des examens et traitements inefficaces, coûteux, et souvent nuisibles, jusqu’au jour où on leur dit :

« C’est psychosoma(tique), vous devriez voir quelqu’un. En attendant voici des antidépresseurs ». 

L’IPSN – Institut pour la Protection de la Santé Naturelle tire la sonnette d’alarme depuis plusieurs années et anime une institution de recherche sur la maladie. 

On peut encore se demander pourquoi les pouvoirs publics ne prennent pas la mesure du problème ?

Qu’est-ce que la maladie de Lyme ?

La maladie de Lyme (ou Borréliose de Lyme) est une infection bactérienne, répandue mondialement (quelques milliers de cas par an en France), transmise à l’homme par piqûre de tique. Si vous avez été piqué, veillez à bien retirer l’animal et à ne pas laisser la tête sous votre peau. Il existe maintes façons de retirer la tique. Je vous invite à en connaître plusieurs de façon à vous adapter à la situation.

Causes et facteurs de risque de la borréliose de Lyme

La bactérie responsable est un spirochète, c’est-à-dire une bactérie de forme hélicoïdale, qui répond au doux nom de Borrelia burgdorferi.

Les activités conduisant à des contacts avec les tiques représentent le principal facteur de risque de survenue de la maladie : travaux agricoles, promenades en forêt. Si vous aimez vous promener dans la nature, apprenez à vous protéger ! Portez un chapeau à larges bords et mettez quelque chose sur vos épaules.

Le réservoir de germes est très vaste : tiques, mammifères domestiques ( chiens, chats, chevaux, bétail) et sauvages (écureuils, cerfs, mulots, campagnols).

En France, les contaminations arrivent entre mars et septembre.

Symptômes de la maladie de Lyme

Après l’inoculation cutanée de la bactérie lors de la piqûre de tique, la maladie de Lyme évolue en trois grandes phases séparées par des périodes asymptomatiques (absence de signes de la maladie).

LA PHASE PRIMAIRE DE LA MALADIE DE LYME

Elle est caractérisée par une lésion cutanée : l’érythème chronique migrant (ECM). Cette lésion survient entre 3 et 30 jours après la piqûre de tique. Il s’agit d’une papule érythémateuse (rouge) centrée par le point de piqûre, s’étendant progressivement de façon centrifuge. La lésion est ovale (pouvant mesurer jusqu’à 50 cm), la bordure est plus érythémateuse (rouge) que son centre qui retrouve progressivement un aspect cutané normal. Elle est habituellement non prurigineuse (absence de grattage) et siège préférentiellement aux membres inférieurs (parfois aux membres supérieurs, voire au visage chez l’enfant).

Des manifestations générales (maux de tête, douleurs articulaires, légère ascension de la température corporelle, fatigue) et des ganglions proches de la lésion cutanée peuvent être associés traduisant la dissémination de la bactérie dans l’organisme.

En l’absence de traitement, l’ECM évolue pendant quelques semaines (extension progressive) et disparaît sans séquelle.

LA PHASE SECONDAIRE DE LA MALADIE DE LYME

Elle survient plusieurs semaines ou mois après la disparition de l’ECM mais peut révéler la maladie (l’ECM étant passé inaperçu ou pouvant manquer dans près de la moitié des cas). Elle se caractérise par des manifestations cutanées. Des manifestations articulaires douloureuses comme des arthrites, par exemple.

Des manifestations cardiaques sont possibles : syncopes, palpitations, douleurs thoraciques ou troubles de la conduction auriculo-ventriculaire. Ces manifestations cardiaques évoluent le plus souvent vers la guérison sans séquelle.

Des manifestations neurologiques : la radiculite hyper-algique. On a pu observer des cas de méningite.

A suivre…

1 commentaire sur Maladie de Lyme… Scandale sanitaire ? 1ère partie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
France : Le salafisme… Bientôt considéré comme une secte ? 3° partie…

Pour lutter contre le salafisme, M. Bernard CAZEAU, présentait lundi 9 juillet, le rapport de la commission d'enquête sénatoriale sur l'évolution de la menace...

Fermer