Maladie de Lyme… Scandale sanitaire ? 2° partie

La maladie de Lyme… Tiques à toutes heures ! La maladie de Lyme est une maladie grave, qui peut invalider la vie d’un malade qui s’ignore ! A lire après la première partie

LA PHASE TERTIAIRE OU PHASE TARDIVE DE LA MALADIE DE LYME

Elle se manifeste des mois ou des années après le début de l’infection par :

Des atteintes cutanées : la maladie de Pick Herxheimer , le lymphocytome cutané bénin ; des atteintes articulaires, identiques à celles observées dans la phase secondaire ; des atteintes neurologiques, touchant la moelle épinière ou le cerveau.

Diagnostic de la maladie de Lyme

Le médecin examine attentivement le patient et effectue un électrocardiogramme si nécessaire, à la recherche entre autres de troubles de la conduction auriculo-ventriculaire.

Un examen neurologique complet est nécessaire : en cas de radiculite, cet examen peut être normal ou mettre en évidence une diminution de la sensibilité, une diminution de la force musculaire ou une abolition des réflexes dans le territoire innervé par le nerf touché par l’inflammation.

Le diagnostic de la maladie de Lyme repose essentiellement sur les signes cliniques observés. La numération formule sanguine (prise de sang banale) est normale le plus souvent.

Diverses techniques de laboratoire peuvent mettre en évidence dans le sang des anticorps témoins d’une réponse de l’organisme à l’infection bactérienne. Les tests immunologiques les plus récents sont à privilégier.

En cas d’atteinte neurologique, la présence d’anticorps dans le liquide céphalo-rachidien (obtenu par ponction lombaire) est un argument en faveur de la maladie de Lyme.

Il existe également un test mis au point par un laboratoire allemand, fiable à 90%. Vous pourrez le trouver en pharmacie.

Evolution de la maladie de Lyme

L’évolution vers une phase tertiaire reste rare, même en l’absence de traitement. La maladie présente une évolution très favorable lorsqu’elle est traitée.

Traitement de la maladie de Lyme

Lors de la première phase de la maladie, le traitement a pour but d’assurer la disparition des premiers symptômes de la maladie et de prévenir la survenue des manifestations tardives en éradiquant le germe des organes pouvant être infectés.

Ainsi, pour chaque phase et selon la sévérité de la maladie, le traitement peut varier et peut nécessiter une hospitalisation. Il consiste à administrer un antibiotique (amoxicilline ou doxycycline) éventuellement associé à un corticoïde en cas de troubles de la conduction auriculo-ventriculaire.

C’est l’été, soyez vigilant. Un petit geste d’amour pour vos enfants qui vivent souvent toute la journée dehors… Observez-les au moment du bain… Et ayez une pince à tique dans votre trousse de toilettes. 

Bonnes vacances !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Le Sporting Portugal ou quand les clubs de football se lancent dans la fake-news

Le deuxième club de Lisbonne traverse une crise sans précédent. En plus de résultats désastreux et d'événements hors football plus...

Fermer