Médecins libéraux : les revenus des spécialistes explosent

Une étude de la DREES sur les médecins libéraux a dévoilé des revenus beaucoup plus élevés pour les spécialistes que pour les généralistes. Leur revenu d’activité libérale a augmenté de 3,4% en un an. Et nombreux sont ceux qui pratiquent une activité mixte.

Malgré la baisse du nombre de médecins libéraux en France constatée en 2016, les revenus des spécialistes, eux, continuent d’augmenter. C’est le constat d’une étude de la DREES. Les spécialistes se portent très bien, avec des revenus qui augmentent d’1,1% par an, contre 0,6% pour les généralistes.

En moyenne 55 000 euros de plus par an pour les spécialistes

Pas étonnant quand on constate les tarifs des médecins spécialistes, ils ont perçu en moyenne 141 000 euros de revenus en 2014. Les généralistes, ont eux déclaré en moyenne 86 000 euros de revenus d’activité. Seuls les spécialistes du secteur 2, qui pratiquent un tarif libre, voient leur taux de croissance annuel de revenu moyen en nette régression. Ils sont de plus en plus délaissés par les patients. Il faut aussi noter la forte proportion de libéraux à pratiquer l’exercice mixte. En 2014, les médecins sont nombreux à cumuler leur activité libérale avec une activité salariale dans un hôpital, une clinique, ou un centre de santé. On recense 1 médecin libéral sur 3 le pratiquant. Là encore, les spécialistes sont les plus concernés avec près de 41% possédant une double activité, contre 25% des généralistes.

Le fossé continue de se creuser entre les généralistes et spécialistes libéraux. Ces derniers sont bien logés, puisque leur effectif est en baisse mais leurs revenus toujours en augmentation. C’est pour les patients que cela se complique, puisque la pénurie de médecins devient un véritable problème pour l’accès aux soins.

5 commentaires sur Médecins libéraux : les revenus des spécialistes explosent

  1. Amusante la facon de présenter les choses et d’attiser la rivalité 🙂
    Les médecins spé ou gé sont 2 fois moins bien payés que dans la quasi totalité des pays leaders en union européenne et Schenghen (Allemagne, Angleterre, Suisse, etc ….). Du coup, aucune possibilité d’investir dans des technologies modernes, aucune possibilité d’avoir des assistants pour leur déléguer les soins ou taches gaspillant leur niveau d’expertise. D’où exercice professionnel sans perspectives d’évolution alors que les jeunes ont été sélectionnés sur des critères de performances via concours; Du coup, déçus, ils refusent de s’installer; non pas par caprice, mais par refus de faire de la médecine de bas niveau, sans équipement moderne, avec 30% à 40% de temps de scribouillardises administratives. 1 jeune sur 10 s’installe. les autres passent en salariat, ou changent de profession. Ils ont abandonné l’idée même d’une amélioration.
    Le Med-bashing régulier: médecin nantis, médecin voleur, médecin corrompu par l’industrie pharmaceutique (restos, congrès à Bali ou Papeete), médecin roulant en aston martin, medecin fainéant refusant de travailler la nuit “on peut crever” .. aggrave la fuite des nouvelles générations qu’elles soient spé ou gé.

  2. Chiffre d’affaire de l’entreprise ou revenu du médecin? Car il me semble que si le CA des cabinets médicaux a augmenté, ce sont les revenus nets de l’état qui ont augmenté, et pas ceux du médecin. D’autre part, cela implique de diviser au moins par 2 les sommes indiquées… D’un coup c’est beaucoup moins impressionnant.

  3. A titre personnel, en tant que spécialiste secteur 1, mes revenus ont diminué de plus de 5%. En 2016. Résultat: moins d’investissement vers du matériel récent ou permettant une amélioration des services rendus…Et parler d’explosion pour 3% me paraît racoleur et exagéré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
450 postes d'apprentis à pourvoir en industrie et métallurgies
Industrie métallurgique : 100 000 postes à pourvoir chaque année jusqu’en 2025

D'après le Conseil National de l'Industrie, les embauches en France devraient "avoisiner les 100 000 par an jusqu'en 2020, 2025"....

Fermer