Le ministère de la santé, lobbyiste en chef de l’industrie du sucre

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 1973 fois

Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), instance chargée de conseiller le ministère de la santé, vient de mettre à jour de façon loufoque ses recommandations alimentaires aux citoyens. Alors que ce conseil propose des plafonds de consommation de viande ou de poisson, il reste extrêmement flou sur la consommation de sucre dont les effets sur la santé continuent à être ouvertement minorés (notamment par de grands défenseurs de la sécurité sociale). Pourquoi?

Révision des repères alimentaires pour les adultes du futur Programme national nutrition santé 2017-2021

Le HCSP actualise les repères alimentaires du Programme national nutrition santé pour les adultes. Le périmètre de certains des groupes d’aliments faisant l’objet de recommandations actuelles est redéfini et de nouveaux repères sont ajoutés (au total, 12 au lieu des 8 actuels).

Les repères sont définis sur la base d’une analyse de santé publique des relations épidémiologiques entre la consommation des différents aliments et le risque de maladies chroniques et la prise en compte du risque d’exposition à des contaminants environnementaux. Chaque repère propose une fréquence de consommation (ou, à défaut, une évolution souhaitable des consommations) et est complété par des informations sur la taille des portions, les aliments composant le groupe ou à privilégier dans ce groupe, des limites de consommation ou sur la prise en compte des contaminants. Par exemple, des repères spécifiques sont définis pour les légumineuses, les fruits à coque sans sel ajouté et les produits céréaliers complets et peu raffinés. Des limites de consommation sont précisées pout la viande rouge et la charcuterie. Est mis en avant l’intérêt de privilégier des aliments cultivés selon des modes de production diminuant l’exposition aux pesticides pour les fruits et légumes, les légumineuses, les produits céréaliers complets, et de varier les espèces et les lieux d’approvisionnement pour les poissons.

Outre les repères spécifiques définis, le HCSP insiste sur des conseils généraux tels que privilégier l’utilisation de produits bruts, éviter les portions excessives et le grignotage, ne suivre un régime amaigrissant qu’avec l’avis d’un professionnel de santé. Une vigilance particulière a été assurée pour garantir une convergence entre les dimensions nutritionnelles et environnementales de l’alimentation lors de l’établissement de ces repères de consommation.

 

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Dernières nouvelles d’une Guyane qui s’embrase

La Guyane s'embrase. La grève illimitée a été votée. Sur place, l'atmosphère révolutionnaire continue. Voici quelques informations sur la situation.

Fermer