Le mythe des complémentaires santé trop chères

La dernière étude de la start-up Tripalio démontre que les complémentaires santé d'entreprise pour tous a permis de faire baisser les prix depuis sa mise en place. Cela met un terme à l'idée reçue, prisée des médias subventionnés, selon laquelle les complémentaires santé sont de plus en plus chères.

A chaque examen du PLFSS, se répand l'opinion selon laquelle les complémentaires santé sont trop coûteuses pour les assurés français.

Pourtant, une étude de l'évolution des prix des complémentaires santé d'entreprise depuis 2015 permet de constater une baisse globale des tarifs dans les branches professionnelles :

l’évolution des tarifs de 2015 à 2017 est facilement orientée à la baisse. La marge dégagée en 3 ans est de plus de 6 %, soit, si l’on extrapole cette moyenne non pondérée à l’ensemble des salariés, un gain de pouvoir d’achat approximatif de 1,2 milliard d'euros.

Des exemples concrets existent dans les branches professionnelles pour illustrer cette baisse qui contredit le discours officiel d'une hausse incessante des prix des complémentaires santé :

L’exemple le plus connu de cette baisse fut donné durant l’été 2015 par la branche des hôtels, cafés et restaurants (HCR), dont le tarif est passé de 32 euros sous désignation à 28 euros lors de l’ouverture à la concurrence. Cette baisse soudaine de 15% illustre de façon parfaite l’intérêt d’une mise en concurrence systématique des opérateurs.

La mise en concurrence entre les acteurs de la complémentaire santé d'entreprise a fait baisser les tarifs au lieu de les augmenter !

L'Etat est responsable de la hausse des prix des complémentaires santé

Si les français sont habitués à ce qu'on leur dise que le prix des complémentaires santé est trop élevé, c'est surtout en raison des contraintes imposées par l'Etat.

Il n'est pas rare que les prix des complémentaires santé soient annexés sur le montant du plafond mensuel de la sécurité sociale.

Or, c'est l'Etat qui décide du montant du plafond de la sécurité sociale. Ainsi, une cotisation fixée pendant plusieurs années à 1% du plafond mensuel de la sécurité social augmentera toute seule si le plafond est réévalué.

De la même manière, il est acté que le montant du forfait journalier hospitalier augmentera de 2 euros en 2018. Il passera donc à 20 euros, ce qui représente une hausse de 11% ! Et il ne faut pas oublier que les complémentaires santé sont obligées de rembourser l'intégralité du forfait journalier hospitalier dans le cadre de la couverture d'entreprise.

La situation est paradoxale ! L'Etat continue d'augmenter le coût des dépenses de santé tout en confiant le soin aux organismes complémentaires de les rembourser. Et dans le même temps, cette hausse des dépenses ne devrait pas être répercutée sur le montant des cotisations au risque, pour les complémentaires santé, d'être pointées du doigt.

La généralisation de la complémentaire santé a été votée le 14 juin 2013 pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2016. Les entreprises de complémentaire santé ont commencé à proposer des contrats adaptés dès l'année 2015.

Le plafond de la sécurité sociale est réévalué chaque année. En 2016, ce plafond mensuel était de 3 218 euros. Il a augmenté en 2017 pour atteindre 3 269 euros. Il devrait une nouvelle fois évoluer à la hausse en 2018 pour dépasser les 3 300 euros.

mm
A propos Leo Guittet 104 Articles
Juriste spécialisé dans les données de santé à Tripalio depuis 2014, j'écris quotidiennement des articles sur le thème de la protection sociale collective et des données de santé. Actuellement en thèse CIFRE sur le sujet de l'accès aux données de santé en France, je suis intéressé par tous les sujets qui touchent aux avancées technologiques et juridiques sur ce thème.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Brigitte Macron: notre première chronique junonienne, par Charlotte Dareau

Nous publions aujourd'hui nos premières critiques junoniennes, exercice pastiche traitant avec humour du rôle de la première dame. A force...

Fermer