Le niveau des enseignants a-t-il baissé sous Vallaud-Belkacem? le cas Créteil

Le niveau des enseignants est-il en baisse, surtout depuis que François Hollande a lancé un plan de recrutement de 60.000 enseignants? La mesure du phénomène est certes difficile, mais des indicateurs... fournis par l'Éducation Nationale elle-même ne trompent pas. 

On se souvient que, arrivant au pouvoir, François Hollande et son brillant ministre de l'Éducation, le cerf-volant Vincent Peillon, avaient programmé 60.000 créations de postes d'enseignants. Najjat Vallaud-Belkacem s'est fait un plaisir d'assumer la promesse.

Cette logique de chiffre s'est-elle traduite par une baisse du niveau moyen du recrutement? 

100 nouveaux enseignants licenciés à Créteil pour insuffisance professionnelle

On peut le croire en lisant la presse locale. Ainsi, l'académie de Créteil prévoit-elle de ne pas titulariser une centaine de nouveaux enseignants. Ceux-ci n'ont pas les compétences requises pour être reconnus comme enseignants, donc, à l'issue de leur première année de stage, et devront "redoubler", voire seront licenciés avant la rentrée. 

Ce chiffre historique montre dans quelle mesure l'augmentation brutale du nombre de postes se traduit par une baisse de qualité du recrutement. Comme il se doit, Najjat Vallaud, qui avait promis l'excellence pour tous, a couvert un système où les moins bons enseignants ont été affectés devant les moins bons élèves, histoire de parachever l'oeuvre de sélection sociale que notre pays adore et mène consciencieusement à bien. 

Redisons-le, la France ne dispose pas d'un vivier suffisant de diplômés pour satisfaire le fantasme d'un recrutement massif d'enseignants. 

 

« J’ai passé une année horrible ! On se retrouve dans des situations graves, en fragilité, parce qu’on n’est pas du tout soutenus, ni conseillés. » Des trémolos non feints dans la voix, cette professeur stagiaire a été convoquée devant une commission pour statuer de sa titularisation. Mais comme une centaine de ses collègues de l’académie, c’est une lettre de licenciement qu’elle s’attend à recevoir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Sous Hidalgo, un climat social très dégradé

Anne Hidalgo adore donner des leçons d'institutrice en matière de socialisme et de solidarité. Mais, en tant que maire, elle...

Fermer