Non, le club de football d’Elche n’a pas été racheté par l’entreprise Libereum spécialisée en cryptomonnaies

Plusieurs médias, dont le très sérieux Cryptonaute, affirment que le club de deuxième division espagnole Elche a été racheté par l’entreprise Libereum, qui développe une cryptomonnaie du même nom. Seulement, il s’agirait, vraisemblablement, d’un énorme coup de com’ et d’un fake. Décider & Entreprendre mène l’enquête.

via GIPHY

[Décryptage] – L’annonce a fait l’effet d’une bombe ! Le club de football d’Elche a été racheté 80 millions d’euros par l’entreprise qui développe la cryptomonnaie Libereum. Une information complètement montée de toute pièce qui ressemble plus à un gros coup de com’.

Démenti total

Décider & Entreprendre a mené sa petite enquête à la suite de plusieurs publications qui affirment toutes que le club d’Elche, dans la province d’Alicante et qui évolue en seconde division, a été racheté par une start-up installée aux Pays-Bas, spécialisée dans les cryptomonnaies.

Nous avons donc contacté le club d’Elche qui n’a pas manqué de nous répondre. Et leur retour est sans équivoque ni ambiguïté.

Le Club de Football d’Elche souhaite catégoriquement REFUSER la vente du Club à toute société engagée dans le cryptomontage ou toute autre activité. Le Club souhaite ainsi mettre un terme aux rumeurs qui se sont répandues sur les différentes informations susceptibles de troubler et de semer la confusion dans l’esprit des supporters franjiverde.

Elche Football Club

En clair, il n’est absolument pas question de céder aux sirènes des cryptomonnaies. Et ce, alors même que l’entreprise Libereum mène une grosse campagne de communication autour du non-évévement. 

Ainsi, Cryptonaute reléyait que Cem Kumlar, fondateur du Libereum, voulait « ramener le club en première division. Cela nécessite un investissement financier, c’est là que notre jeton numérique entre en jeu. Nous voulons que la crypto-monnaie fasse progressivement partie de la politique financière du club, de sorte que tout puisse être payé facilement avec Liber. »

Une déclaration reprise par plusieurs confrères mais qui aurait été montée de toutes pièces. Un petit tour sur plusieurs bourses mondiales qui recensent les cours des cryptomonnaies sur les marchés montrent que le Libereum n’est tout simplement pas répertorié. Et pour cause, elle est toujours au stade de l’ICO. 

Le site icoreview explique qu’il existe un fort intérêt autour du Libereum avec un faible pourcentage de chances que ce soit une arnaque. Néanmoins, les probabilités d’une valorisation élevée sont « moyennes ». 

Nous avons tenté de joindre Libereum mais nos questions sont restées sans réponse. Pourquoi annoncer un rachat qui, au moins n’est pas assumé par l’un des parties, au pire n’existe pas ?

 

Dans son livre blanc, la cryptomonnaie qui veut devenir un leader dans le marché sportif explique que fin 2018 doit être annoncé les premier partenariat et rachats de clubs (l’entreprise veut racheter plusieurs clubs de football dans le monde). Or il se pourrait très bien que plusieurs clubs leur aient, tout simplement, dit non. Un coup de communication bien placé et ce sont de nouvelles portes qui s’ouvriraient.

Ou qui auraient pu s’ouvrir…

Décider & Entreprendre, à votre service.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Cryptomonnaies : le Litecoin devient le premier cryptosponsor de l’UFC

Pour l'édition 232 de l'UFC qui aura lieu à Las Végas, l'organisation voit le Litecoin apparaître comme un nouveau sponsor....

Fermer