Nouveaux taux 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 956 fois

Presque tout augmente, malgré l’absence d’inflation, surtout le social

En 2016, ce sont 4 jours travaillés de plus (un 29 février car 2016 est une année bissextile, et 3 jours fériés tombant un dimanche). Impact de +0,1% sur la croissance.

Revalorisation du SMIC de 0,6%, sans « coup de pouce », qui serait dommageable à la compétitivité et donc à l’emploi, priorité affichée du Gouvernement. Cela porte le salaire minimum interprofessionnel de croissance à 9,67€ bruts au 1er janvier 2016 (1.466,62€ bruts mensuels sur la base des 35 heures).

Autre mesure en faveur de l’emploi (ou au moins pour diminuer les emplois en zones grises) : l’augmentation de la déduction pour les emplois à domicile (2€ déductibles par heure travaillée).

Le plafond annuel de la sécurité sociale passe à 38 616 euros soit plus 1,5 % par rapport à 2015 (hausse supérieure à celle de l’inflation).

Les taux de cotisation à la retraite de base augmentent de 0,1%.

Le Revenu de Solidarité Active et la Prime Pour l’Emploi sont fusionnés en une prime pour l’emploi, qui est sous condition de revenus.

Revalorisation de l’APA (GIR 1&2) par décret. En fait, le traitement de l’APA dépend des conseils départementaux (ex généraux) qui sont parfois impécunieux…

Et bien sûr, la généralisation, à tous les salariés, de la complémentaire santé représente un nouveau prélèvement obligatoire, même si sa gestion est confiée à des organismes privés.

 

 

Frais divers à prévoir à la hausse

Hausse de 3,6% du prix du timbre, la Poste le justifiant par une baisse du volume. Une entreprise privée qui augmenterait ses prix parce son chiffre d’affaires baisse serait probablement challengée.

Hausse des frais de tenue de comptes dans plusieurs banques à réseaux.

Hausse également de la contribution au service public de l’électricité.

Du fait de l’accroissement des taux de taxes, les prix à la pompe augmenteront alors que le baril plonge à des prix abyssaux.

 

 

Des allègements fiscaux pour l’entreprise, mais repoussés

Les allègements de cotisations patronales aux allocations familiales sont repoussés au 1er avril.

Il faudra en revanche attendre fin 2016 pour voir définitivement (?) supprimées la C3S et la contribution exceptionnelle sur l’impôt sur les sociétés.

 

 

Automatisation et simplification (partielle)

Début de la déclaration sociale nominative généralisée.

Déclarations fiscales en ligne pour les particuliers.

Ces mesures d’automatisation devraient logiquement conduire à la réduction des effectifs collecteurs, mais rien n’est affiché en la matière. Le nombre de modifications annuelles (mesures ci-dessus, mais aussi PTZ élargi, ISF PME recentré,…) devrait entretenir tous ceux qui vivent des fluctuations fiscales.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Les branches dont les minima conventionnels ne respectent pas le panier ANI

Depuis le 1er janvier 2016, toutes les entreprises doivent proposer une complémentaire santé collective à leurs salariés. Afin d'encadrer cette...

Fermer