Ordonnances travail: des craquements internes à la CFDT

Laurent Berger ne subit pas les mêmes foudres internes que Jean-Claude Mailly à FO pour son attitude conciliante sur les ordonnances travail. Mais on peut quand même parler de sérieux craquements. 

La fédération de la métallurgie de la CFDT (la bien connue FGMM) a appelé dimanche Laurent Berger à se joindre à la protestation nationale contre les ordonnances. La Fédération ne dispose pas d’un poids essentiel dans la confédération, mais elle couvre de nombreuses branches où elle est en concurrence directe avec la CGT et FO.

Ce lundi 18 septembre, ce sont les routiers de la CFDT qui mènent des actions de blocage sur les routes. Le mot d’ordre est plutôt flottant, mais il témoigne d’un bouillonnement certain à la base, dans un secteur où le dialogue social peut parfois être très tendu. 

Ces mouvements ne suffisent pas à dire que Laurent Berger est en difficulté dans sa confédération. En revanche, ils lui donnent la possibilité ou l’excuse de se joindre au mouvement de protestation à la fin du mois, si le gouvernement ne lâche pas de sérieuses concessions dans la version définitive des ordonnances. 

Même si les apparences donnent l’illusion d’un calme relatif sur le front des ordonnances, le dossier est donc à suivre comme le lait sur le feu. 

« Le choix a été fait de ne pas appeler à une mobilisation nationale », rappelle la FGMM dans un courrier adressé à Laurent Berger, transmis à l’AFP. « C’est ce choix qui a occasionné la colère de nombreux militants qui, appartenant à la première organisation syndicale du privé, s’attendaient à une réaction bien plus forte de la CFDT »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
L’OCDE épingle le boulet français de la sécurité sociale

L'OCDE vient de publier une étude tout à fait passionnante sur la situation économique de la France. Le poids de...

Fermer