Les perles pro-Bayrou de la presse subventionnée pendant la campagne électorale

L'affaire Bayrou et, plus largement, celle des emplois fictifs pendant la campagne électorale est tout sauf nouvelle. Elle est même connue depuis le mois de mars 2017... mais à cette époque, la presse subventionnée est surtout soucieuse de soutenir Emmanuel Macron et ses alliés. Rien n'est alors trop beau pour expliquer que ce qui est reproché à Marine Le Pen ne vaut pas pour le MODEM. Voici quelques perles du déni pendant la campagne...

Nous sommes alors le 28 février 2017. Bayrou a annoncé son alliance avec Macron le 22 février. Pour la presse subventionnée qui soutient Macron après l'effondrement sondagier de Benoît Hamon et la carbonisation en règle de François Fillon, une contamination des affaires serait une véritable catastrophe. Commence alors une grande oeuvre de déni dont la ligne essentielle consiste à expliquer que l'affaire Modem n'a rien à voir avec les faits reprochés à Marine Le Pen, pourtant identiques. 

Libération, 28 février 2017

Rien d’illégal dans tout cela. Juste une petite astuce d’un employeur qui ne veut pas trop alourdir sa masse salariale. Et pour le coup, le parallèle avec les pratiques frontistes n’est pas forcément totalement infondé. (...) Reste que l’accusation formulée par Corinne Lepage ressurgit aujourd’hui fort opportunément trois ans après avoir été lancée.

LCI est l'auteur de l'un des titres probablement les plus scandaleux de la presse subventionnée. Nous sommes le 1er mars et, sous l'étiquette "la chasse aux intox", qui laisse à penser que les accusations portées contre le MODEM sont délibérément désinformantes, la charge est sans nuance. 

La presse subventionnée entreprend alors de dissimuler ouvertement la gravité des faits en cause. Plus encore que Libé, LCI explique que les accusations viennent de l'extrême droite, alors que l'ensemble du dossier se fonde sur un ouvrage écrit par Corinne Lepage...

LCI, 1er mars 2017

C’est la dernière offensive en date des militants pro-Fillon. Sur les réseaux sociaux, des soutiens du candidat Les Républicains, mais aussi de l'extrême droite, ont déterré une vieille trouvaille : les extraits du livre Mains propres, plaidoyer pour la société civile au pouvoir, publié en 2015 par Corinne Lepage, ancienne membre du MoDem. Entre les lignes, de lourdes accusations.

L'extraordinaire silence du Monde

Enfin, au moment où Le Monde lançait son fameux Decodex pour dénoncer les mystifications prétendues de ses concurrents, on notera que le quotidien détenu par Pierre Bergé, Xavier Niels et Mathieu Pigasse, soutiens de Macron, n'ont pas consacré une seule ligne à l'affaire du Modem. Un bel exemple d'objectivité et d'impartialité de la part de ce quotidien qui perçoit, bon an mal an, 15 millions€ du contribuable pour assurer sa subsistance. 

1 commentaire sur Les perles pro-Bayrou de la presse subventionnée pendant la campagne électorale

  1. Anticor a saisi le Procureur de la République pour lui signaler des faits susceptibles d’être qualifiés d’escroquerie, commis par une candidate, Martine Wonner (LREM), élue députée dans la 4e circonscription du Bas-Rhin.
    En congés maladie, la candidate a soudainement guérie lorsqu’elle appris son investiture.
    Une autre candidate est suspectée des mêmes faits, dans le Var cette fois. Elle aussi a soudainement retrouvé la santé.
    http://www.anticor.org/2017/06/20/campagne-electorale-et-conge-maladie-anticor-saisit-le-procureur-de-la-republique/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Retraites: le COR documente les privilèges des fonctionnaires

Le rapport annuel du COR illustre avec éloquence les distorsions importantes dans les montants de retraites selon les catégories socio-professionnelles....

Fermer