Les petites cachoteries du gouvernement sur le chômage

La DARES a changé son mode de communication sur le chômage. Avant le nouveau quinquennat, une note mensuelle était produite, avec un communiqué de presse. Désormais, la communication est plus épurée et évite la transparence. Ces vieilles pratiques dissimulent mal une situation qui atteint des sommets historiques. 

Le tableau ci-dessus montre l'évolution du nombre d'entrées mensuelles à Pôle Emploi. On voit clairement que, durant les années 90, elles étaient inférieures à un volume global de 400.000 entrées mensuelles. Elles dépassent les 500.000 à partir de 2008. Sous François Hollande, la situation s'est fortement détériorée. Le cap des 525.000 entrées mensuelles a été passé avec constance à partir de 2015, c'est-à-dire sous Manuel Valls! Depuis cette date, les entrées mensuelles à Pôle Emploi ont explosé et, sans une gestion artificielle des sorties (notamment par des formations bidon), la situation du pays serait catastrophique. 

La situation de mai 2017 n'a marqué aucune amélioration fondamentale. Si le record historique n'a pas été battu, la performance atteinte le mois dernier est la troisième pire de toute l'histoire de France.

Pour l'instant, le gouvernement fait vivre le fantasme selon lequel les ordonnances permettront de régler le problème rapidement. On s'en amuse par avance. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Cession d’entreprises en difficulté : la CJUE s’en mêle

Le droit européen prévoit un principe : celui de la protection des travailleurs lors de transfert d’entreprise. Pourtant, une dérogation est...

Fermer