PLF 2018 : l’Etat va-t-il tuer le transport routier ?

Alors que le Projet de Loi Finances 2018 prévoit une indexation du prix du diesel sur celui de l'essence, la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) et l'Organisation des Transporteurs Routiers Européens (OTRE) dénoncent une différence de traitement dans les professions. Et à ce jeu-là, ce sont les PME qui seraient "plumées". 

C'est peu dire que la hausse de la fiscalité du gazole annoncée dans le PLF 2018 ne fait pas l'unanimité dans le transport routier. L'OTRE annonce de son côté que la profession est "plumée", de l'autre la FNTR estime que "trop c'est trop". 

Pas logés à la même enseigne

D'après le projet de loi, dans le cadre de la convergence des prix du gazole et de l'essence, l'augmentation fiscale représentera une hausse du tarif de la Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétique (TICPE) de 2,6 centimes par litre chaque année, pendant 4 ans, en plus de la hausse de la taxe carbone. En clair, le prix du gazole augmentera de 7,6 centimes le litre en 2018. 

Mais ! Car il y a un "mais". Bruno Le Maire expliquait qu'il "lancerait un plan d’accompagnement de l’industrie du diesel et des sous-traitants de la filière diesel d’ici la fin de l’année pour que les milliers d’emplois qui sont concernés puissent être accompagnés et ne subissent pas cette augmentation de fiscalité. Les transporteurs routiers, les agriculteurs, les pêcheurs et les chauffeurs de taxis ne subiront aucune hausse de leur charge fiscale." Sauf que ce mécanisme s'applique aux véhicules de plus de 7,5t. Les véhicules utilitaires légers en sont exclus.

Les PME et TPE seront très impactées

Si l'on s'en réfère à l'INSEE, la création d'entreprises dans le secteur du transport était à la hausse en 2016. Néanmoins, on constatait aussi une diminution du nombre de PME au profit de société de plus grande envergure. On peut se douter que cette réforme du gazole ne va pas améliorer la situation. Alors, l'Etat veut-il tuer le transport routier ? Non, mais une sélection va être faite entre les entreprises. Il y aura ceux qui peuvent soutenir ce surcoût annoncé, et les autres. Le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a annoncé que " différents ministères réfléchissent à une stratégie d’ensemble pour diminuer le fret routier." La messe semble dite.

 

Le projet de loi de finances pour 2018 poursuit et amplifie la trajectoire carbone adoptée dans la loi pour la transition énergétique et aligne la fiscalité applicable au gazole et à l’essence en portant les tarifs de taxe intérieure sur la consommation de produits énergétiques (TICPE) applicable à ces carburants au même niveau en quatre années, soit à l’horizon 2021. Ces deux mesures contribueront à fixer le signal prix de la consommation des produits énergétiques carbonés et, ainsi, réduire les émissions « carbone », conformément aux engagements de la France, dans le contexte des accords de Paris. Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est un dispositif incitant les contribuables à engager des travaux de rénovation énergétique des logements. Dans l'attente de la mise en place d'un mécanisme budgétaire plus efficient, le présent projet de loi de finances proroge la période d’application du CITE jusqu’au 31 décembre 2018, afin d'assurer la continuité du soutien public à la rénovation énergétique des logements. Le bénéfice du CITE sera progressivement concentré sur les mesures permettant de réaliser le plus efficacement des économies d'énergie.

Source : Assemblée-Nationale

2 commentaires sur PLF 2018 : l’Etat va-t-il tuer le transport routier ?

  1. le transport routier ne va pas avoir besoin de mourir de la main de l’état, les camions-robots vont s’en charger (chaine de 10 à 15 camions par exemple avec 1 conducteur sur le véhicule de tête et un à l’arrière pour surveiller/assister en cas de problème, le tout avec 1 webcam/périscope (rétractable) par camion)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Le naufrage de la réforme territoriale décidée par François Hollande

Un rapport de la Cour des comptes sur les finances publiques locales, concerne la situation financière et la gestion des...

Fermer