Plutôt mourir que de ne pas voter, le jour où Agnès Buzyn a risqué sa vie pour Emmanuel Macron

La ministre de la Santé s’est livrée dans un entretien pour l’hebdomadaire Challenges sur sa vie au gouvernement. Outre un rappel de ses positions sur les questions de santé publique, elle est aussi revenue sur un passage difficile de sa vie. 

D’habitude si discrète dans les médias, Agnès Buzyn doit quotidiennement se battre sur les questions des vaccins obligatoires, du budget de la Sécurité Sociale ou encore sur la gestion des EHPAD. Et si ses positions autoritaires sur certains sujets lui valent d’être clouée au pilori, elle n’en reste pas moins une femme normale, et dévouée au président de la République.

Une dévotion qui peut être mortelle 

7 mai 2017 – Paris – France. Les français s’attroupent autour des urnes (74,56%de participation, le pire score pour une élection présidentielle depuis 1969) pour faire leur choix entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Tous les français sauf une : Agnès Buzyn.

Celle qui est actuellement la ministre de la Santé, a passé la journée au service des réanimations de la Pitié-Salpêtrière, pas pour annoncer une quelconque coupe budgétaire, mais bien sur un brancard. Les médecins envisageaient même une ponction lombaire pour déceler une possible hémorragie cérébrale.

Mais c’est alors qu’elle est touchée par la grâce, appelée par Emmanuel Macron. Sur la table d’opérations, elle prend conscience de ne pas avoir glissé son bulletin dans l’urne. Elle signe de suite une décharge à ses médecins pour les dégager de toute responsabilité en cas de décès avant de filer à toute vitesse accomplir son devoir civique, au mépris le plus total de sa propre santé.

Un acte héroïque qui n’est pas resté vain puisqu’Emmanuel Macron remporta le second tour. 

Les députés presque aussi dévoués ?

Mais elle n’est pas la seule à faire preuve d’une dévotion extrême. Le 20 décembre dernier, le journal L’Opinion faisait état des situations personnelles des députés qui se dégradaient suite à leur nomination. On parlait de divorces en pagaille, de rythme de travail trop élevés et d’ultimatum familiaux.

Avec tous ces risques que fait porter la vie politique, qu’ils soient liés à la vie personnelle voire à la santé, on en viendrait presque à se demander ce qui peut vraiment motiver quelqu’un à faire preuve d’une telle abnégation.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La Cour des comptes propose de réduire la part des frais de notaires lors de l’achat d’un logement

La pénultième proposition du Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) est de fluidifier le marché de l'immobilier tout en permettant une...

Fermer