Pôle emploi et les écoles, ou l’échec de l’embauche

Un rapport de la DARES met en évidence la manière dont les employeurs embauchent leurs salariés. L'occasion de remarquer que le recours aux intermédiaires du marché du travail aide à concrétiser très peu de recrutements.

Le recours aux intermédiaires du marché du travail fait aboutir peu d’offres d’embauche. C’est bien ce que permet de constater le graphique ci-dessus, provenant du rapport de la DARES sur les méthodes de recrutement des employeurs, étudiées entre septembre et novembre 2015. L’aboutissement de l’embauche passe tout juste la barre des 10% pour Pôle emploi, l’intermédiaire le plus utilisé.

Pôle emploi aboutit à peu d’embauches

Pôle emploi est l’intermédiaire le plus utilisé, avec 32% de recours à ses services par les employeurs. Mais la part de recrutements aboutis représente seulement 11% des cas. Un taux très faible, quand on sait que plus de 3 500 000 demandeurs d’emploi étaient inscrits à Pôle emploi en septembre 2015. Les écoles, universités et centres de formation, sont mobilisés à 20% par les entreprises, pour des résultats d’embauche ne dépassant pas les 7%, se plaçant comme le deuxième intermédiaire le plus utilisé après Pôle emploi. Ces intermédiaires sont notamment privilégiés pour des recrutements en contrat d’alternance ou en contrat aidé.

Les relations professionnelles ou personnelles sont les plus utilisées

Le faible taux d’embauche par les intermédiaires du marché du travail s’explique, en partie, par l’importance donnée aux candidatures spontanées qui représente un taux de recours de 68% dans les entreprises, pour 21% de recrutement. Près de sept recrutements sur dix font appel à l’examen de candidatures spontanées. Mais le moyen plébiscité pour un recrutement reste la relation professionnelle ou personnelle. Elle permet de trouver des candidats dans plus de la moitié des recrutements, et d’aboutir dans 27% des cas.

Si l’examen de candidatures spontanées est le plus fréquemment mobilisé, ce sont les relations personnelles ou professionnelles qui permettent le plus souvent au recrutement d’aboutir.

 

 

La quasi-totalité des employeurs (93 %) déclarent recevoir des candidatures spontanées. Avec l’extension des technologies numériques, les candidatures spontanées
leur parviennent dans plus de deux tiers des cas via leur
site internet et/ou par courrier électronique.

2 commentaires sur Pôle emploi et les écoles, ou l’échec de l’embauche

  1. pôle emploi pour sa partie ex-anpe est une injure aux entreprises comme si elles étaient incapable (frappées d’idiotie congénitale) de recruter elles-mêmes leurs futurs employés !
    Seuls ses agents publics sont intelligents-courageux-travailleurs et ont des résultats au dessus de tous éloges malgré leur si faibles effectifs qu’il faudrait multiplier par 3 ou 4 voire même par 5 pour faire bonne mesure . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Formation professionnelle: on ne touchera pas à l’usine à gaz

La ministre du Travail a expliqué sa réforme de la formation professionnelle au Journal du Dimanche. Elle y annonce qu'elle...

Fermer