La politique de Macron ne passe pas ni à gauche, ni à droite

forfait

Si nous vous avions fait part du fait qu’un français sur deux était défavorable à l’action politique d’Emmanuel Macron, ce constat semble même être plus dur dans les sphères politiques. A coup d’interviews interposées, Benoit Hamon et Annie Genevard vice-présidente de l’Assemblée nationale, ont exprimé leurs réserves sur le nouveau président. 

Difficile d’unifier quand on accède aux plus hautes sphères du pouvoir. Emmanuel Macron en fait l’amère expérience chaque jour et les politiques s’en donnent à coeur joie. Ces derniers jours, la politique du gouvernement sur l’immigration fait jaser, aussi bien dans l’hémicycle qu’à l’extérieur. 

Pour Hamon, Macron et Valls c’est pareil

Alors que le gouvernement vient de concéder son recul sur le projet migratoire présent dans la version préliminaire du projet de loi, qui aurait permis de renvoyer un demandeur d’asile dans un pays par lequel il a transité, l’ex-candidat à la présidence s’est laissé aller à une tribune dans Le Parisien, où il explique :

« Macron a été vallsisé sur les questions d’immigration. Il faut reconnaître à Valls une honnêteté que Macron n’a pas. Valls a dénoncé la politique d’hospitalité à l’égard des migrants portée par Merkel. Macron, lui, l’applaudit et finalement fait du Valls. Ce que fait Macron, Sarkozy n’a même pas osé le faire« 

Pour autant, Benoit Hamon n’en reste pas à une attaque stérile. Il propose entre autres « d’autoriser les demandeurs d’asile à travailler au bout de trois mois » et de « faciliter » le passage des centres d’hébergement « vers les logements sociaux.« 

La politique macronienne ne passe pas pour la vice-présidente de l’Assemblée nationale 

Trop à droite pour la gauche, Emmanuel Macron n’apparaît pas pour autant dans le coeur des sympathisants de la droite française. Annie Genevard, vice-présidente LR de l’Assemblée nationale, s’est aussi exprimée sur le nouveau président de la République. 

Emmanuel Macron n’est pas un président de droite quand on augmente la fiscalité. C’est un mauvais budget, pour nous. Au fond, il ne tranche pas avec le quinquennat précédent : plus de dépenses publiques, plus de dettes, plus d’impôts, plus de déficits.

Au final, de par sa position centriste, parfois trop à droite pour la gauche et parfois ne récoltant pas les louanges de la droite, Emmanuel Macron peine à obtenir la confiance populaire. Cependant, il aura réussi un tour de force beaucoup plus impressionnant : unir la gauche et la droite contre lui. Chapeau bas. 

Selon le baromètre Odoxa publié le 19 décembre, 54% des Français aujourd’hui estiment qu’il est un « bon président ». Il enregistre une progression de neuf points depuis le moins dernier. En octobre, 56% des sondés considéraient qu’il était un « mauvais président ». Mais dans la classe politique, il divise.

1 commentaire sur La politique de Macron ne passe pas ni à gauche, ni à droite

  1. Pourquoi parler de « la politique de Macron » ?
    Il est là pour assurer l’application des grandes orientations de politique économique imposée par l’UE,
    comme l’aurait fait tout candidat voulant rester dans l’UE, c’est à dire tous sauf un.
    Le gêneur de service !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Pourquoi le consommateur n’arrive-t-il pas à profiter du prix bas du pétrole ?

Depuis 2014, le cours du prix du pétrole a fortement chuté, passant de 108 dollars en 2014 à 60 dollars...

Fermer