Pour 62% des français, les pouvoirs publics devraient se focaliser sur les campagnes plutôt que sur la région parisienne !

Un récent sondage Ifop-Union Centriste montre que les français estiment que ce sont les campagnes françaises qui devraient être au coeur des débats. La région parisienne, elle, est considérée comme déjà assez avantagée et est dernière du classement. 

Jeudi 12 juillet se tenait la conférence nationale des territoires. Cet événement voulu par Emmanuel Macron doit permettre de « repenser » la relation entre l’Etat et les collectivités territoriales. Mais cet dernière a été boycottée par trois des plus grandes associations territoriales. A savoir les associations des régions, les associations des départements et celles d’une partie des maires de France.

En cause, la politique gouvernementale qui ne passe pas auprès des associations. Ces dernières grondent contre la hausse de dépenses de fonctionnement des 322 plus grandes collectivités ou encore la suppression de la taxe d’habitation. La limitation à 80km/h ne passe pas non plus.

Mais les français ne sont pas non plus en reste et ils constatent aussi que la situation des campagnes s’est dégradée, de même que le dialogue entre ces territoires et le gouvernement. Ils sont 62% à penser que les subventions publiques doivent aller en priorité aux campagnes.

La « France des campagnes » contre un gouvernement « parisien » ?

A la question « quels sont les territoires qui ont le plus besoin de l’attention et du soutien des pouvoir publics en France« , tirée d’un récent sondage Ifop, ce sont 62% des interrogés qui répondent « la France des campagnes ». Mieux, ils sont 36%, soit le plus haut pourcentage du sondage, à citer les campagnes en premier, loin devant la France d’Outre-Mer (8% des premières mentions), de la France Péri-Urbaine (4%) ou encore de l’agglomération parisienne, dernière citée (8% de mentions totales, seulement citée à 3% en première).

L’étude constate aussi que quelle que soit la catégorie sociaux-professionnelle, l’âge, le sexe ou le niveau d’éducation, la France des campagnes arrive systématiquement en première dans les votes. 

Plus intéressant, on observe que les habitants de la région parisienne ont été 25% à penser que les campagnes françaises ont besoin de plus d’attention, juste derrière les banlieues (39%). Par contre, ils sont seulement 7% à penser que la région parisienne nécessite plus d’attention.

Qu’importe aussi l’affinité politique. Seuls les électeurs de gauche, en particulier ceux de La France Insoumise et du Parti Socialiste ont placé les banlieues (34% et 36%) devant les campagnes (30 et 22%). 

La lutte contre la désertification

Pour autant, que veut dire le fait de remettre les campagnes au centre des considérations ? Pour 43% des interrogés, c’est avant tout maintenir des services publics de proximité comme des écoles, des postes mais aussi des médecins. On sait par exemple que les campagnes sont des territoires particulièrement sujets aux déserts médicaux. 

26% des sondés pensent en premier qu’il faut soutenir économiquement ces territoires et y développer l’attractivité et la création d’emplois. Une idée citée au total à 58% par les sondés. Vient ensuite la préservation de l’identité, de la culture et des paysages de ces territoires.

Par contre, le développement de transports d’envergure nationale ou la numérisation de ces territoires sont les idées les moins citées (15%).

Pour Frédérc Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, ces résultats sont le résultats de la « fermeture spectaculaire des services publics, des bureaux de poste et des commerce de proximité dans ces territoires. » Ces résultats montrent aussi la volonté des français d’avoir accès à des services basiques mais essentiels !

En février 2018, un sondage du Figaro  établissait que pour 69% des français interrogés, Emmanuel Macron était « plutôt éloigné » des préoccupations de la « France des campagnes ». En somme, le président des villes.

De là à dire que les français soutiennent donc l’action des associations des territoires qui boycottent les conférences du gouvernement, et qu’ils sont hostiles à la politique gouvernementale, il n’y a qu’un pas…que nous ne ferons pas…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
YouTube impliquée dans la plus grande escroquerie liée aux cryptomonnaies ?

La chute de la plateforme BitConnect est considérée comme l'une des plus grandes escroqueries jamais liées aux cryptomonnaies. Reposant sur...

Fermer