Pour les membres de la Banque Centrale Européenne, les cryptomonnaies sont les malheurs qui annoncent des crises financières

Lors d’une réunion, Benoit Coeure, membre du directoire de la Banque Centrale Européenne (BCE) a rappelé son aversion contre les cryptomonnaies et particulièrement le Bitcoin. Il accuse les monnaies virtuelles d’être responsables des dernières crises financières. Leur développement annoncerait aussi de nouveaux krachs. 

Récemment, nous relations les propos de Christine Lagarde quant au développement et à l’avènement des cryptomonnaies. Alors qu’il y a encore quelques mois le FMI se montrait plus que sceptique face aux monnaies virtuelles, la patronne de l’institution a expliqué que nous étions à un « tournant de l’histoire » tout en exhortant les banques centrales et les gouvernements à émettre leur propre cryptomonnaie.

On se demandait justement comment les banques centrales mais aussi et surtout la FED et la BCE recevraient cette annonce. Nous avons eu un premier élément de réponse avec l’explication sans concession de Benoit Coeure, membre du directoire de la BCE.

« Le Bitcoin est la malédiction de la crise financière »

Alors que Benoit Coeure prenait part à une discussions avec la Banque des règlements internationaux, il a profité de son discours pour déclarer que « si le Bictoin était une idée intelligente, toutes les idées intelligentes ne sont pas des bonnes idées ». 

Pour lui, les cryptomonnaies sont la « combinaison d’une bulle spéculative, d’un système de Ponzi et d’une catastrophe écologique« . A première vue, la BCE ne devrait donc pas donner son feu vert quant à une possible émission de cryptomonnaie…

S’il confesse que les cryptomonnaies possèdent plusieurs avantages comme « l’immédiateté du paiement, ainsi qu’un moyen sur, bon marché et potentiellement semi-anonyme» de réaliser les transactions, tout en affirmant que les « banques centrales conserveraient une base sûre pour les paiements », le dirigeant s’en remet aux origines contrastées du Bitcoin pour expliquer sa méfiance.

Peu de gens se souviennent que Satoshi a intégré le bloc de la genèse avec un gros titre du Times de janvier 2009 sur le sauvetage des banques britanniques. A plus d’un titre, le bitcoin est le produit maléfique de la crise financière.

Benoit Coeure, membre du directoire de la BCE

Le timing de l’annonce est tout sauf anodin car en plus de répondre aux propositions du FMI, elle intervient au moment où les cryptomonnaies accusent un sérieux recule. De fait, il propose que le développement des cryptomonnaies serait concomitant à de grandes crises financières. 

Une question reste en suspens : que pense l’économiste de la crise que traversent les cryptomonnaies ? Est-elle annonciatrice d’un boom des monnaies fiat ? Mais une chose est sûre, la BCE n’est, pour le moment, pas prête à suivre les propositions du FMI. Quid de la FED ?

3 commentaires sur Pour les membres de la Banque Centrale Européenne, les cryptomonnaies sont les malheurs qui annoncent des crises financières

  1. MDR, ils commencent à avoir très peur les financiers qui ce sont goinfrés pendant des dizaines d’années sur notre dos.
    Ils flippent que l’on ne soit plus obligé de passer par eux dorénavant et qu’on les shunte avec les cryptos.
    Terminé l’oligarchie, c’est au peuple de décider maintenant.

  2. Amusant, surtout quand on sait que depuis 2017, les banques « ont fait beaucoup mieux » dansla catégorie des produits sordides, instables et toxiques qui ne demandent plus qu’à exploser – le seul souci, c’est que cette fois-ci, l’explosion sera atomique.

    La seule chose qui aurait du étre dite, c’est qu’une monnaie, c’est l’expression d’une souveraineté, et que par conséquent, une monnaie détachée d’un état n’a aucun sens (mais comme ça n’est pas PC…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Une entreprise anglaise propose à ses salariés des congés « amour-propre »

Les responsables du bonheur en entreprise vont faire des heures sup'. L'entreprise anglaise LELO UK propose à ses salariés quatre...

Fermer