Préparatifs festifs sur l’Olympe : deuxième chronique junonienne, par Charlotte Dareau

Nous publions aujourd'hui la suite de nos critiques junoniennes, exercice pastiche traitant avec humour du rôle de la première dame.

La partie féminine de l’Olympe s’est déplacée cette semaine, en grandes pompes (des sandales auraient été plus appropriées) dans ce lieu si bien nommé de Beauval pour une cérémonie d’importance planétaire qu’était la cérémonie du nom. Le bébé panda qui rend jaloux tous les Français de l’affection de Junon, recevait le nom officiel, négocié entre les Dieux chinois et nos Dieux Lares. Le choix s’est porté sur Hueng Min, une nouveauté en Olympie… Il est vrai aussi que les pandas y sont rares. Junon officiait, déesse tutélaire, On découvre alors que la déesse est polyglotte : le chinois n’a pas de secret pour elle, à défaut du bon vieux latin d’autrefois en Olympe.

Junon rayonne, elle séduit les journalistes qui s’arrêtent avec émotion sur le moment de « la caresse » au panda, car le nœud de l’épisode est bien là : Junon est là pour prodiguer de l’émotion, voire - pourquoi pas ? - de l’amour. La fonction junonienne en est toute renouvelée, et c’est bien le propos de fond de ces chroniques. Il paraît que le petit panda a montré de l’intérêt pour ce déferlement d’amour, raison de plus pour nos chroniqueurs, de s’extasier sur les pouvoirs de Junon.

Puisque nous sommes entrés dans le monde de l’émotion, il faut admirer comme l’Olympe se prépare pour Noël. Les commerces qui profitent du renouveau de notoriété de l’Olympe ne s’y sont pas trompés. Jupiter et Junon seront bien présents au pied du sapin. Le couple divin s’affiche sur des mugs (l’ambroisie doit y avoir un meilleur goût), des coussins, des cabas et même des boules à neige : la neige de l’Olympe directement chez vous, pour se sentir plus près des Dieux…

Emotion encore, quand la tradition statuaire reprend ses lettres de noblesse. En effet, sur notre Olympe français, Junon et Jupiter ont encore droit à des statues, statues de cire il est vrai, et non de marbre, car notre époque démocratique le veut ainsi. C’est pourtant une première, car jusqu’ici, les Premières Dames n’avaient pas toujours les honneurs du Musée Grévin, mais nous avions déjà remarqué que nous étions en peine de Junon convenable jusqu’à l’heureux avènement de cette année. Les mentalités ont donc bien évolué, ou plutôt Junon surpasse tellement les pâles mortelles qui l’ont précédée, qu’elle valait bien une statue pour faciliter la vénération quotidienne des Français.

 La mode statuaire n’est plus aux drapés, ni à la nudité olympienne, et Junon est plutôt adepte des pantalons moulants, mais l’essentiel est ailleurs : Junon devient le modèle de beauté qui doit être vénéré, et je ne compte plus les recensions de son vestiaire, l’énumération de ses marques, les analyses de son style. Les Françaises ont enfin leur icône de mode, et les Français, ma foi, une déesse sur laquelle rêver, pas de la première fraîcheur, c’est vrai mais nous parlons quand même d’une Immortelle.

Enfin, nous vous l’annonçons dès maintenant car il faut vous y préparer avec dévotion et l’émotion cathodique sera certainement au rendez-vous. Jupiter, tout immortel qu’il soit, fêtera le 21 décembre prochain, son quarantième anniversaire. Certes le Dieu est jeune mais le chiffre est symbolique.  La question cruciale que doivent se poser tous ceux qui s’efforcent de suivre avec attention la vie des Dieux est la suivante : que nous prépare Junon pour son petit Jupiter ? Un goûter d’anniversaire ? Car, au milieu de tout cette effervescence festive, on en avait négligé une information capitale qui avait échappé aux spécialistes de la mythologie : le seul défaut de Jupiter, c’est d’être plus jeune que Junon. C’est Junon elle-même qui le fait remarquer, après tout.

Charlotte Dareau est contributrice sous pseudonyme.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Des responsables israéliens soutiennent que certains ashkénazes ont un ADN particulier

Des responsables israéliens soutiennent, selon la presse locale, que des tests ADN pourraient être mis en place pour prouver l'identité...

Fermer